Drap­pier in­vente le pre­mier cham­pagne “zé­ro car­bone” !

Dans le sillage de la COP21, l’in­no­vant Mi­chel Drap­pier a fait le pa­ri de de­ve­nir en 2016 en re­jets de CO2. Voi­ci com­ment.

La Revue du Vin de France - - EN PRIMEUR - Be­noist Sim­mat

Dif­fi­cile de re­pro­cher à Mi­chel Drap­pier de man­quer d’ima­gi­na­tion. De­puis quelques an­nées, le vi­gne­ron au­bois a lan­cé un chan­tier dis­cret mais vi­sion­naire : de­ve­nir dès 2016 le pre­mier do­maine de Cham­pagne « to­ta­le­ment neutre » en ma­tière de re­jets de di­oxyde de car­bone, le car­bu­rant du si­nistre ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique. Par quel mi­racle ? « Eh bien, nous al­lons com­pen­ser tous les pol­luants car­bone que nous ne sommes pas en me­sure d’éli­mi­ner » , ré­vèle le vi­gne­ron d’Ur­ville, dans la Côte des Bar, près de Troyes.

Le fuel, c’est fi­ni

Ex­pli­ca­tions. Comme une bonne par­tie de la Cham­pagne, la mai­son Drap­pier est dé­jà en­ga­gée dans un mode de ges­tion plus sain et plus éco­lo­gique de ses pro­cé­dés de pro­duc­tion. Pour son chauf­fage et l’eau chaude, le do­maine vient par exemple d’aban­don­ner le fuel pour la pompe à cha­leur et 70 % de son élec­tri­ci­té se­ra bien­tôt d’ori­gine du­rable. Seule­ment voi­là : on a beau lan­cer sa ré­vo­lu­tion verte, il faut tou­jours du die­sel pour faire rou­ler cer­tains trac­teurs et du ké­ro­sène pour ex­pé­dier des caisses de cham­pagne. Il existe donc une part in­com­pres­sible d’em­preinte car­bone.

Mi­chel Drap­pier, grand voya­geur lui-même, amou­reux de l’Afrique et très sou­cieux des évo­lu­tions cli­ma­tiques, a donc phos­pho­ré sur ce pa­ra­doxe et op­té pour un in­ves­tis­se­ment pou­vant « com­pen­ser » cette em­preinte. So­lu­tion ima­gi­née : ai­der à la re­plan­ta­tion d’arbres sur le con­tinent noir et en zones tem­pé­rées. « Nous avons dé­ci­dé d’in­ves­tir dans une ins­tal­la­tion éo­lienne en Inde pour y pro­duire du ki­lo­watt-heure du­rable » , ex­plique Mi­chel Drap­pier.

Comme l’ont re­com­man­dé avant Noël les ex­perts de la COP21, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un échange éco­lo­gique équi­table Nord-Sud. Car nous res­pi­rons tous le même air.

Ba­sée à Ur­ville (pho­to), la mai­son Drap­pier va in­ves­tir en Inde dans une ins­tal­la­tion éo­lienne afin de com­pen­ser le ga­soil brû­lé… dans l’Aube.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.