Di­jon : un cru an­tique ré­ani­mé

À Ta­lant, la mai­son Pi­ca­me­lot re­plante une vigne dont l’ori­gine re­monte à 1215.

La Revue du Vin de France - - EN PRIMEUR - Guillaume Ba­roin

Le jour où on lui a ser­vi une cu­vée de Ta­lant, Phi­lippe Chau­tard, P.-D.G. des cré­mants de Bourgogne Pi­ca­me­lot est res­té coi. Comme bien des Bour­gui­gnons, il igno­rait que cette com­mune au-des­sus de Di­jon pro­dui­sait du vin.

Le maire, Gil­bert Me­nut, lui ra­conte alors que 70 ares y sont plan­tés et ré­col­tés. L’éla­bo­ra­teur de Rul­ly re­bon­dit et pro­pose à l’élu de re­plan­ter plus de vignes pour y pro­duire un cré­mant de ter­roir, à l’ins­tar de sa cé­lèbre cu­vée par­cel­laire Ter­roir de Cha­zot (Saint-Au­bin).

En dé­cembre, un bail est si­gné pour 2 hec­tares d’un co­teau plein sud, sur le lieu­dit des Épou­tures. Via l’ap­pui de son in­fluent pré­sident, Au­bert de Villaine, l’As­so­cia­tion des cli­mats du vi­gnoble de Bourgogne sou­tient le pro­jet et sort une étude his­to­rique met­tant en lu­mière « la pré­sence de vignes de­puis 1215 » .

Ce prin­temps, 1,20 ha de char­don­nay et 80 ares de pinot noir se­ront plan­tés. Si les au­to­ri­sa­tions suivent, sui­vront sept autres hec­tares en ja­chère au lieu-dit La Côte aux Ails. Si­tuées dans la zone clas­sée au pa­tri­moine mon­dial, les fu­tures vignes se­ront bien en­ten­du bor­dées de murs de pierres sèches.

Gil­bert Me­nut, le maire de Ta­lant, en­tou­ré de Phi­lippe Chau­tard (mai­son

Pi­ca­me­lot, à g.) et d’Au­bert de Villaine, tous trois dos au fu­tur clos.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.