MI­NAS GE­RAIS (BRÉ­SIL) DU VIN AU PAYS DU CA­FÉ

La Revue du Vin de France - - EXPERTISE DU TERROIR -

De­main, on par­le­ra de la pre­mière ré­colte de Mu­rillo de Al­bu­querque Re­gi­na comme d’un tour­nant ma­jeur dans l’his­toire des vins bré­si­liens. Pas­sion­né de vin, amou­reux de sa ré­gion Mi­nas Ge­rais et doc­teur en sciences de la vigne et du vin, ce cher­cheur (Epa­mig) a ti­ré pro­fit des pro­prié­tés du cli­mat et de cer­tains ter­roirs du sud-est bré­si­lien en met­tant au point une vi­ti­cul­ture apte à don­ner des vins d’une qua­li­té ja­mais at­teinte au Bré­sil.

Le Bré­sil n’est pas a prio­ri un pays de grands vins. Sur 80 000 ha de vignes ( 1), 15 % seule­ment cor­res­pondent à l’es­pèce vi­ni­fe­ra, à l’ori­gine de vins fins. Les 85 % res­tants sont des la­brus­ca, à l’ori­gine de vins rus­tiques, mais plus ré­sis­tantes, pro­duc­tives, et sur­tout ca­pables de s’adap­ter aux condi­tions cli­ma­tiques du pays.

Le cli­mat du Mi­nas Ge­rais, comme ce­lui du Bré­sil dans son en­semble, n’est pas adap­té à la pro­duc­tion de vins de qua­li­té. La vigne y est tra­di­tion­nel­le­ment taillée en août, elle dé­bourre en sep­tembre et fleu­rit en oc­tobre. La ma­tu­ra­tion des baies com­mence en dé­cembre et la ré­colte a lieu entre jan­vier et fé­vrier, alors que les tem­pé­ra­tures sont éle­vées, l’en­so­leille­ment et les am­pli­tudes ther­miques faibles, la plu­vio­mé­trie im­por­tante et les sols hu­mides. Des condi­tions dé­fa­vo­rables pour l’état sa­ni­taire des rai­sins. Le ré­sul­tat : une faible te­neur des baies en com­po­sés phé­no­liques es­sen­tiels pour la qua­li­té des vins, une ma­tu­ri­té ra­re­ment abou­tie, des jus trop di­lués. Un cycle de la vigne dé­ca­lé Pour­tant, quand Mu­rillo fait le lien entre les condi­tions cli­ma­tiques hi­ver­nales de sa ré­gion (plu­vio­mé­trie faible, fraî­cheur noc­turne) et les condi­tions idéales d’une ma­tu­ra­tion et d’une belle ven­dange telles qu’il les a étu­diées en France ( 2), il ose le pa­ri de pro­duire des vins de qua­li­té

DO­MAINE GUASPARI.

Plan­tées entre 800 et 1 250 m d’al­ti­tude, les vignes du do­maine pro­fitent du so­leil d’hi­ver pour faire

mû­rir leurs rai­sins.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.