DO­MAINE PEYRE ROSE

La Revue du Vin de France - - DÉGUSTATION -

Co­teaux du Lan­gue­doc blanc Oro (cu­vée créée en 1995). Le grand blanc du Lan­gue­doc est-il une chi­mère ? Force est de consta­ter qu’il n’y a pas en­core de mo­dèle gé­né­ra­li­sé, ac­cep­té, di­gé­ré. Si les pro­grès tech­niques sont in­dé­niables, le manque d’idées et sur­tout de culture du goût est fla­grant lors­qu’on s’em­barque dans la dé­gus­ta­tion d’une longue sé­rie d’échan­tillons... Avec son éle­vage de dix ans, le blanc de Mar­lène So­ria ne consti­tue pas un mo­dèle éco­no­mique at­trayant. En re­vanche, c’est un très grand vin blanc, peu­têtre le seul du Lan­gue­doc. À ce titre, tous les pro­duc­teurs am­bi­tieux de­vraient le goû­ter afin de mé­di­ter son ca­rac­tère. Le grand frère du 1999 pa­raît tout aus­si jeune. Les arômes ont une pré­sence ir­ré­sis­tible, une ac­tua­li­té trou­blante pour un vin de vingt ans : anis, ver­veine, en­cens, cire chaude... La ma­tière étonne tout au­tant, très se­reine, grasse mais sans au­cune pe­san­teur, sèche et moel­leuse, in­ter­mi­nable. L’en­cé­pa­ge­ment se fonde ici sur une ma­jo­ri­té de ver­men­ti­no. D’une in­ten­si­té confi­nant à la vis­co­si­té, cette cu­vée Oro se dé­ploie pour­tant avec une grande agi­li­té. Presque can­dide, sa sa­veur pro­fonde évoque le pain frais. La fi­nale s’étire ma­jes­tueu­se­ment sur des notes de cire et de beurre fon­du. Ma­gis­tral, c’est un blanc d’évi­dence et de pa­ra­doxe. 60 € ;

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.