Bac­chus s’ex­pose sur les pièces an­tiques

La Revue du Vin de France - - ENVIES -

Se­lon les ar­chéo­logues, les pièces de mon­naie grecques an­tiques sont ap­pa­rues à la fin du VIIe siècle avant notre ère. En l’an 550 avant notre ère y sont édi­tées les pre­mières pièces en or. Au­jourd’hui en­core, de nom­breux pays conti­nuent d’émettre de la mon­naie en bronze, en étain et en cuivre, ain­si qu’en mé­taux pré­cieux tels que l’or et l’ar­gent, no­tam­ment pour leurs pièces et mé­dailles com­mé­mo­ra­tives.

Par­mi les pièces an­ciennes les plus re­cher­chées par les col­lec­tion­neurs, on trouve les cis­to­phores grecs et ro­mains gra­vés d’une fi­gure dio­ny­siaque ou com­por­tant une tête de Bac­chus. Ces pièces d’ar­gent, mises en cir­cu­la­tion aux IIe et Ier siècles avant notre ère, ont un poids va­riant de 12,40 à 12,75 g. Les connais­seurs les nomment di­drachmes. La plu­part pro­ve­naient d’Asie Mi­neure et pré­sen­taient sur une face une ciste mys­tique, sorte de cor­beille d’osier en­trou­verte, sur la­quelle fi­gu­rait la tête du dieu du vin et de la fête, par­fois aus­si quelques ma­gis­trats ou em­pe­reurs déi­fiés. Tan­dis qu’au re­vers, un arc pla­cé entre deux ser­pents per­met­tait à tous les ci­toyens de les iden­ti­fier.

Un hom­mage vi­ti­cole

À cette époque, le cis­to­phore était ac­cep­té pour trois de­niers ro­mains. Pro­duits en grand nombre, il est ai­sé de s’en pro­cu­rer au­jourd’hui à des prix ac­ces­sibles chez les ex­perts, au­tour de la Place de la Bourse à Pa­ris ou via des sites in­ter­net tel du­mez-nu­mis­ma­tique.com, qui es­time à 350 € une su­perbe drachme an­tique de la pé­riode An­tio­chos VI Epi­phanes Dio­ny­sos émise en Sy­rie en 144 avant notre ère.

Les ama­teurs de ce type de mon­naie pro­cèdent par re­grou­pe­ment. Tous les cis­to­phores sont clas­sés en une seule sé­rie, quels que soient le type, le sys­tème pon­dé­ral et le siècle de pa­ru­tion. Pour d’autres pièces an­tiques, la va­leur fa­ciale va­rie en fonc­tion du mé­tal uti­li­sé, du per­son­nage re­pré­sen­té et de l’usure de la pa­tine.

Ain­si, un cas­sia, un de­nier en ar­gent de 3,60 g, émis en masse par Rome en 78 avant notre ère, sur le­quel s’ad­mire une tête de Bac­chus coif­fée d’une cou­ronne de vigne et, au re­vers, une re­pré­sen­ta­tion de Pro­ser­pine or­née de feuilles et de pampres, n’at­teint que 275 €.

Bien plus tard, d’autres ci­vi­li­sa­tions ont re­pris l’usage de la pièce comme sup­port de l’art ba­chique à agra­fer au col d’une veste ou à mettre dans une poche. Des­ti­nées aux com­mé­mo­ra­tions et an­ni­ver­saires, elles rendent hom­mage à une his­toire, à un ter­roir, à un pa­tri­moine. Ain­si l’Au­triche édi­tait en oc­tobre 2015 une pièce de 10 eu­ros en cuivre com­mé­mo­rant la pro­vince du Bur­gen­land, haut lieu de pro­duc­tion de ses vins li­quo­reux. Elle re­pré­sente des bâ­ti­ments his­to­riques, le lac de Neu­siedl, une ci­gogne, mais aus­si la vigne et une bou­teille de vin. Jo­lie contri­bu­tion à la re­nom­mée de la deuxième ré­gion vi­ti­cole du pays !

Jean-Bap­tiste Thial de Bor­de­nave

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.