Le vin, mar­queur cultu­rel

La Revue du Vin de France - - ÉDITO -

Les grands pa­trons fran­çais raf­folent du vin. Fran­çois Pi­nault, Vincent Bol­lo­ré, Ber­nard Ar­nault, Martin Bouygues, Serge Das­sault, la plu­part des ty­coons du CAC 40 pos­sèdent un ou plu­sieurs châ­teaux, la plu­part du temps à Bor­deaux mais pas uni­que­ment. Tous af­fichent un même pro­fil : 65 ans et plus, édu­ca­tion tra­di­tion­nelle, va­leurs chré­tiennes, adhé­sion aux cercles clas­siques de l’es­ta­blish­ment, hé­ri­tiers ou ayant eux-mêmes mis en place leurs en­fants pour leur suc­cé­der. En réa­li­té, seuls deux des dix pre­mières for­tunes fran­çaises n’ont pas cra­qué pour une belle éti­quette : Li­liane Bet­ten­court et Pa­trick Dra­hi. Et en­core : Fran­çoise Bet­ten­court, la fille de Li­liane, fut ac­tion­naire avec son ma­ri du site de vente de vin en ligne 1855.com, au­jourd’hui dis­pa­ru.

Les grands pa­trons aiment le vin. Ou plu­tôt, ils ai­maient le vin. Car la nou­velle gé­né­ra­tion des créa­teurs d’en­tre­prises is­sue de la ré­vo­lu­tion in­ter­net se tient à l’écart des rangs de vignes. Xa­vier Niel (Free), Marc Si­mon­ci­ni (ex-Mee­tic), Jacques-An­toine Gran­jon (Ven­te­pri­vee. com), Pierre Kos­cius­ko-Mo­ri­zet (ex-Pri­ceMi­nis­ter), Jean-Bap­tiste Des­croix-Vernier (Ren­ta­bi­li­web) : au­cun de ces nou­veaux conqué­rants de la Toile ne s’est of­fert de vi­gnoble. Seul Gran­jon, via Ven­te­pri­vee.com, vend du vin en ligne entre prêt-à-por­ter, ap­pa­reils mé­na­gers et billets de spec­tacle. Et c’est la même chose aux États-Unis. En Ca­li­for­nie, les fon­da­teurs de Google, Ama­zon, Apple ou Fa­ce­book re­chignent à fran­chir les 150 km qui sé­parent Pa­lo Al­to de Na­pa Val­ley. Seuls Ar­vind Sod­ha­ni (In­tel Ca­pi­tal) et Steve Case (fon­da­teur d’AOL) sont de­ve­nus vi­gne­rons, le pre­mier à St He­le­na, le se­cond en Vir­gi­nie. C’est mince.

Il reste à com­prendre pour­quoi. Pour­quoi nos jeunes ty­coons du nu­mé­rique pré­fèrent-ils in­ves­tir dans les lu­nettes, le vé­lo et les sites de po­ker (Si­mon­ci­ni), les mé­dias et l’édu­ca­tion (Niel), la pho­to d’art à prix ac­ces­sible (PKM), l’art contem­po­rain (tous) plu­tôt que dans l’his­toire et la cul­ture conte­nues dans un verre de saint-es­tèphe ou de ba­ro­lo ? Sans doute parce que faire du vin ré­clame du temps lorsque cha­cun d’entre eux doit se battre pour se main­te­nir sur un mar­ché où les for­tunes se font aus­si vite qu’elles s’ef­fondrent. Peut-être aus­si parce que ces hommes, à l’aise dans les mondes vir­tuels et glo­ba­li­sés, ont plus vite que leurs aî­nés rom­pus avec la pro­vince. In­ves­tir à Mo­rey-Saint-De­nis ou à Saint-Émi­lion est un en­ra­ci­ne­ment. Peut-être, en­fin, parce que le vin est un em­blème de la cul­ture fran­çaise, un pro­duit ter­rien tra­di­tion­nel aux ra­cines chré­tiennes évi­dentes qui ne colle pas exac­te­ment avec la clien­tèle mon­dia­li­sée que visent les ac­teurs de la Net éco­no­mie. Les lu­nettes, les ren­contres, le po­ker, le for­fait té­lé­phone, l’In­ter­net sont uni­ver­sels, neutres, sans odeur ni cou­leurs. À l’in­verse, les mar­ke­teurs jugent au­jourd’hui que le vin seg­mente. Un lan­gue­doc rouge peut-il être en­core une prio­ri­té pour qui en­tend sé­duire la jeu­nesse, toute la jeu­nesse, celle des beaux quar­tiers comme celle des ban­lieues et autres “ter­ri­toires”, comme on dit au­jourd’hui ?

D’autres rai­sons peuvent être évo­quées. L’âge, en par­ti­cu­lier. La plu­part des for­tunes de la Nou­velle éco­no­mie ont à peine pas­sé le cap des 40 ans. Or s’in­té­res­ser sé­rieu­se­ment au vin ré­clame un peu plus de bou­teille, si l’on ose dire. Il se­ra in­té­res­sant de voir si nos ty­coons nu­mé­riques fi­nissent – ou pas – par cra­quer pour le vin. En at­ten­dant, on vé­ri­fie ici que le vin n’est pas qu’un bien mar­chand. C’est aus­si un puis­sant mar­queur cultu­rel. Un pro­duit qui a du sens. C’est jus­te­ment ce qui fait sa va­leur, son pou­voir.

UN LAN­GUE­DOC ROUGE PEUT-IL ÊTRE UNE PRIO­RI­TÉ POUR QUI VEUT SÉ­DUIRE LA BAN­LIEUE ?

DE­NIS SAVEROT di­rec­teur de la ré­dac­tion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.