LEUR DER­NIÈRE EMPLETTE

Bien sûr, nos dé­gus­ta­teurs ont le pri­vi­lège de goû­ter de beaux vins tout au long de l’an­née, mais il leur ar­rive aus­si d’ache­ter à titre per­son­nel des bou­teilles qui leur ont trans­mis une émo­tion par­ti­cu­lière. Ils ra­content.

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE -

Un sau­ternes aux ac­cents an­da­lous Au do­maine, à Prei­gnac

Sau­ter­nais re­belle et fi­dèle, Fran­cis Da­ney est un vigneron aus­si fan­tasque qu’at­ta­chant. Dans les mil­lé­simes fa­vo­rables, il ob­tient des vins somp­tueu­se­ment riches, qu’il élève et com­mer­cia­lise se­lon sa fan­tai­sie. Après avoir goû­té chez un ami lan­gon­nais cette étour­dis­sante Trie Ex­cep­tion­nelle 2003, éle­vée plus de dix ans en fûts, mi-an­da­louse mi-li­quo­reuse, je me suis ren­du séance te­nante au do­maine, à Bou­toc, au pied d’Yquem, pour fé­li­ci­ter l’au­teur et rap­por­ter un pré­cieux sou­ve­nir à la mai­son ! 40 € au do­maine

Un mor­gon à lais­ser tran­quille quelques an­nées Aux Caves Leg­rand, à Pa­ris

Je me dé­sole de l’image dé­gra­dée dont souffre cette ré­gion aux yeux de nom­breux ama­teurs. On ne di­ra ja­mais as­sez com­bien les beaux ter­roirs du Beau­jo­lais sont ca­pables, lors­qu’ils sont entre de bonnes mains, de don­ner nais­sance à des vins élé­gants, di­gestes, mais aus­si pro­fonds. J’en mets ré­gu­liè­re­ment en cave et ce ma­gnum de mor­gon 2008, vi­ni­fié avec ta­lent par Ma­rie-Élo­die Zi­ghe­ra-Con­fu­ron, pa­tien­te­ra en­core quelques an­nées avant d’être ou­vert. 44 € chez le ca­viste (ma­gnum)

Un Bro­chet cham­pe­nois avec une côte de veau Chez Mi-fugue Mi-Rai­sin, à Pa­ris

L’une des plus belles pé­pites de Serge Gha­nem, dans sa cave du XIVe ar­ron­dis­se­ment, est cer­tai­ne­ment ce cham­pagne Le Mont Be­noît d’Em­ma­nuel Bro­chet. Un cham­pagne ex­tra-brut de Viller­saux-Noeuds pas­sé onze mois en fûts et trois ans en cave. Une grande élé­gance, un nez évo­quant les fruits à noyau mûrs, un fin grillé et l’ef­fer­ves­cence oua­tée d’une struc­ture vi­neuse. Ma côte de veau ne peut plus at­tendre, j’en achète trois bou­teilles ! 42 € chez le ca­viste

Un am­bré pour mé­di­ter seul ou bien ac­com­pa­gné Au do­maine, à Latour-de-France

La fa­mille Ver­da­guer per­pé­tue la tra­di­tion des grands ri­ve­saltes am­brés à base de mac­ca­beu éle­vés lon­gue­ment. Ce 1960 vient seule­ment d’être mis en bou­teilles. Le 1919, lui, vieillit tou­jours en ton­neaux ! J’ai dé­jà ré­ga­lé des col­lègues de La RVF, après une réunion de tra­vail ani­mée, avec une des six bou­teilles ache­tées là-bas. Notes bal­sa­miques, fruits secs, épices, pra­lin… C’est un vin rare et com­plexe, digne des plus grands ma­dères. À sa­vou­rer avec un Pa­ris-Brest ou bien ac­com­pa­gné, pour une pro­fonde mé­di­ta­tion… 180 € (50 cl) au do­maine

CRU D’ARCHE-PUGNEAU Sau­ternes Trie Ex­cep­tion­nelle 2003

CHAM­PAGNE EM­MA­NUEL BRO­CHET Ex­tra-Brut Le Mont Be­noît

DO­MAINE DE RANCY Ri­ve­saltes am­bré 1960

CLOS DE MEZ Mor­gon 2008

Pierre Ci­terne

Oli­vier Poels

Chris­tian Mar­tray

Pierre Vi­la Pal­le­ja

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.