Ex­ten­sion du do­maine de la lutte… contre les faux

De­ve­nus ob­jets de luxe, les grands vins sont au­jourd’hui co­piés, re­pro­duits, imi­tés par les faus­saires du monde en­tier. De­vant un tel fléau, les pro­prié­tés les plus pres­ti­gieuses af­fûtent leurs ri­postes. En ex­clu­si­vi­té, les do­maines de la Ro­ma­née-Con­ti et

La Revue du Vin de France - - NEWS - Une en­quête de Jean-Bap­tiste Thial de Bor­de­nave

La Ro­ma­née-Con­ti, Pon­sot, Châ­teau Au­sone… des noms qui font rê­ver tous les ama­teurs de grands vins, mais aus­si tous les contre­fac­teurs du monde. Ces bou­teilles, qui coûtent plu­sieurs cen­taines voire quelques mil­liers d’eu­ros se­lon les mil­lé­simes, sont dé­sor­mais des pro­duits de luxe et donc les vic­times pri­vi­lé­giées de l’in­dus­trie de la contre­fa­çon. Dans cette en­quête, les pro­prié­taires de ces trois do­maines pres­ti­gieux, Au­bert de Villaine (do­maine de la Ro­ma­née-Con­ti), Laurent Pon­sot (do­maine Pon­sot) et Alain Vauthier (châ­teau Au­sone), ré­vèlent leur vi­sion de la contre­fa­çon des vins et livrent leurs ex­pé­riences et leurs tech­niques pour com­battre ce fléau.

Anec­do­tique il y a une tren­taine d’an­nées, le su­jet est au­jourd’hui un pro­blème ma­jeur pour tous les do­maines et no­tam­ment les plus pres­ti­gieux. La lutte contre les faux est dé­sor­mais un vo­let in­con­tour­nable de la bonne ges­tion de leur pro­prié­té. L’in­croyable his­toire du faus­saire de gé­nie Ru­dy Kur­nia­wan, alias “Dr Con­ti”, est l’illus­tra­tion ré­cente la plus spec­ta­cu­laire de ce phé­no­mène. Pen­dant dix ans, cet In­do­né­sien a écou­lé des cen­taines de faux Grands crus fran­çais dans de très vieux mil­lé­simes lors de ventes aux en­chères aux États-Unis avant d’être ar­rê­té par le FBI et condam­né par la jus­tice amé­ri­caine à dix ans de pri­son en 2014.

Dans le do­maine des vins et des al­cools, la contre­fa­çon peut re­vê­tir dif­fé­rentes formes, de la re­pro­duc­tion à l’iden­tique d’une bou­teille, contre­fa­çon dite “ser­vile”, à la simple imi­ta­tion, une marque “Cha­te­let La­fite”, par exemple, re­pé­rée sur le mar­ché chi­nois, en pas­sant par le rem­plis­sage de bou­teilles, qui consiste à se pro­cu­rer des fla­cons vides et à les rem­plir avec du vin de qua­li­té mais de prix net­te­ment in­fé­rieur.

L’Eu­rope au coeur des tra­fics

Si la Chine de­meure sans conteste le cham­pion toutes ca­té­go­ries de l’in­dus­trie de la contre­fa­çon, le fléau est dé­sor­mais mon­dial : an­ciens pays du Bloc so­vié­tique, Amé­rique du Sud et même la vieille Eu­rope de l’Ouest qu’on pen­sait à l’abri sont concer­nés. Le ré­cent dé­man­tè­le­ment d’un ré­seau ita­lien de fausses bou­teilles du do­maine de la Ro­ma­née-Con­ti en té­moigne.

Mais quelles sont con­crè­te­ment les consé­quences de la contre­fa­çon en ma­tière de vins ? Tout d’abord, il existe un risque ma­jeur pour la san­té : si l’al­cool pré­sent dans ces bou­teilles peut être d’une qua­li­té cor­recte, il peut aus­si être to­ta­le­ment im­propre à la consom­ma­tion et ex­trê­me­ment dan­ge­reux. En deuxième lieu, la contre­fa­çon re­pré­sente un manque à ga­gner pour le pro­duc­teur vic­time et pour l’État qui ne per­çoit pas de TVA et de re­de­vances, les­quelles consti­tuent une part im­por­tante du prix de la bou­teille, même si chif­frer l’éten­due de cette in­dus­trie sou­ter­raine se re­lève im­pos­sible. En­fin – et c’est une consé­quence qu’il ne faut pas sous-es­ti­mer –, ce­la nuit à l’image du vin contre­fait, à son ap­pel­la­tion et à son pays de pro­duc­tion. Un scan­dale im­pli­quant de faux vins “fran­çais” en Chine peut ain­si ame­ner de nom­breux consom­ma­teurs chi­nois à se dé­tour­ner des vins de l’Hexa­gone pour s’orien­ter vers les vins d’autres pays.

Un ar­se­nal ju­ri­dique et tech­nique

Existe-t-il alors de vraies so­lu­tions afin de lut­ter contre la contre­fa­çon ? Codes-barres, ap­pli­ca­tions in­ter­net, dé­pôts de marques, re­cours à des ca­bi­nets spé­cia­li­sés, sur­veillances et en­quêtes sur les mar­chés : de nom­breuses armes ju­ri­diques et tech­niques existent et peuvent être uti­li­sées de dif­fé­rentes ma­nières se­lon la taille, la struc­ture du do­maine et éga­le­ment l’im­por­tance des mar­chés concer­nés. Au tra­vers des cas de Laurent Pon­sot au do­maine Pon­sot, Alain Vauthier au châ­teau Au­sone et Au­bert de Villaine au do­maine de la Ro­ma­née-Con­ti, dé­cou­vrons ici trois cas em­blé­ma­tiques et sur­tout trois stra­té­gies dif­fé­rentes de ri­poste pour com­battre les contre­fa­çons de vins.

Laurent Pon­sot, du cé­lèbre do­maine de Mo­rey-Saint-De­nis, a dé­mas­qué le faus­saire in­do­né­sien Ru­dy Kur­nia­wan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.