Il n’y a plus d’ar­gent en ré­serve

La Ruche - - Le fait de la Semaine - GÉ­RAL­DINE SELLÈS ge­ral­dine.selles@cen­tre­france.com

La ré­serve par­le­men­taire, cette en­ve­loppe des­ti­née à ai­der les as­so­cia­tions et les col­lec­ti­vi­tés lo­cales, c’est fi­ni. En at­ten­dant de sa­voir ce qui va la rem­pla­cer, élus et bé­né­voles as­so­cia­tifs doivent re­voir leurs pro­jets.

Au c oe u r d e l’é t é , l e 28 juillet, les par­le­men­taires ont adop­té la loi dite de Mo­ra­li­sa­tion de la vie pu­blique. Une loi at­ten­due de­puis long­temps par le grand pu­blic. Une loi ren­due né­ces­saire par le désa­mour des Fran­çais pour leur classe po­li­tique.

Par­mi les me­sures de cette loi, une pro­messe de cam­pagne du Pré­sident Ma­cron : la fin de la ré­serve par­le­men­taire. Cette en­ve­loppe at­tri­buait 130.000 € an­nuels à chaque dé­pu­té, qui pou­vait l’uti­li­ser à dis­cré­tion pour ai­der des as­so­cia­tions et des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales.

Ex i t do n c l a ré s e r v e. Mais qu’en est­il pour les as­so­cia­tions et les com­munes, qui comp­taient sur ces sub­sides pour bou­cler des bud­gets dé­jà très ser­rés ? Re­faire un lo­cal de chasse, ache­ter du ma­té­riel pé­da­go­gique pour les jeunes li­cen­ciés d’un club de foot, par­ti­ci­per aux tra­vaux de ré­no­va­tion d’une

salle po­ly­va­lente. Toutes ces pe­tites pierres ap­por­tées à l’édi­fice du dé­ve­lop­pe­ment ru­ral, un su­jet cher s’il en est au dé­pu­té Pe­ter Vi­gier, qui ne dé­co­lère pas de la dé­ci­sion de l’As­sem­blée à la­quelle il a

été ré­élu en juin der­nier. « Je pen­sais qu’on au­rait une dis­cus­sion construc­tive. J’ai par exemple po­sé la ques­tion d’une ré­serve spé­ci­fique pour la ru­ra­li­té » , tem­pête le chantre des ter­ri­toires ru­raux.

Pour Pe­ter Vi­gier, la fin de la ré­serve a été adop­tée – à 112 voix contre 45 – parce qu’elle « était an­non­cée par Ma­cron dans son pro­gramme ». « Je suis per­sua­dé que cer­tains par­le­men­taires nou­vel­le­ment élus de la Ré­pu­blique en Marche ne connaissent pas le prin­cipe même de la ré­serve par­le­men­taire », croit sa­voir le dé­pu­té.

À 487 km de l’Hé­mi­cycle, mais à mille lieues des pré­oc­cu­pa­tions du gou­ver­ne­ment, les as­so­cia­tions bri­va­doises fré­missent. Voire se déses­pèrent. « Ça, ajou­té aux consé­quences du gel des em­plois ai­dés ( lire ci­des

sous), c’est la to­tale ! On va fi­nir par mettre la clé sous la porte ! On est une as­so­cia­tion qui joue un rôle im­por­tant, nous ne sommes que des bé­né­voles. Mais nous n’avons plus les moyens d’exis­ter » , s’in­surge Mi­reille Ser­geant, la pré­si­dente de la SPA de Brioude, qui as­sure aus­si le rôle de four­rière ani­male pour tout le Bri­va­dois.

Bien d’autres as­so­cia­tions ou com­munes ru­rales comp­taient sur ce pe­tit coup de pouce, qui pou­vait re­pré­sen­ter un quart du pro­jet. Comme l’ADMR de Paul­ha­guet, qui comp­tait bien sur une aide pour rem­pla­cer son vé­hi­cule de li­vrai­son des re­pas, qui af­fiche 100.000 km au comp­teur. « On ne sait pas trop comment on fe­ra s’il tombe en panne. On de­vra ro­gner sur d’autres bud­gets » , se dé­sole­t­on à l’as­so­cia­tion d’aide à do­mi­cile. « Les nou­veaux par­le­men­taires se sont uni­que­ment sou­ciés de clien­té­lisme, mais ils ont ou­blié que beau­coup d’as­so­cia­tions ne fonc­tion­naient que grâce à ça. Pour nous, la ré­serve, c’est un peu le beurre dans les épi­nards… »

Créa­tion d’un lo­cal de chasse aux normes, tra­vaux de voi­rie ou achat ex­cep­tion­nel de ma­té­riel com­mu­nal, au­tant d’in­ves­tis­se­ments qui risquent de de­ve­nir dif­fi­ciles à me­ner à bien si rien ne vient rem­pla­cer la ré­serve par­le­men­taire.

Un nou­veau dis­po­si­tif rem­pla­ce­ra la ré­serve

Pour au­tant, tout n’est pas en­core per­du. « La com­mis­sion à la­quelle je par­ti­cipe ( la com­mis­sion

des fi­nances, N. D. L. R.) va éla­bo­rer à par­tir de la ren­trée le dis­po­si­tif qui va rem­pla­cer la ré­serve par­le­men­taire », ex­plique Pe­ter Vi­gier. Et le dé­pu­té d’ap­pe­ler de ses voeux un dis­po­si­tif aus­si simple et trans­pa­rent que le pré­cé­dent. « La somme équi­valent à la ré­serve par­le­men­taire a été gar­dée en vue du nou­veau dis­po­si­tif » , ras­sure Pe­ter Vi­gier.

(DES­SIN : DELIGNE)

La manne que consti­tuait la ré­serve par­le­men­taire pour les ter­ri­toires ru­raux vient de se ta­rir. Quel dis­po­si­tif la rem­pla­ce­ra ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.