Une rave­par­ty sau­vage dans les bois

La Ruche - - Fait Divers -

Les gen­darmes de Brioude avaient dé­jà fort à faire, le week-end der­nier, avec la fête de la Saint-Ju­lien. La rave-par­ty sau­vage qui s’est te­nue dans la nuit de sa­me­di à di­manche à quelques ki­lo­mètres de là, sur la com­mune de Saint-Beau­zire, a fi­ni d’oc­cu­per leur week-end.

Sa­me­di soir, lors d’un contrôle rou­tier jus­te­ment or­ga­ni­sé dans le cadre de la grande fête de la ville, les oc­cu­pants d’une voi­ture ex­pliquent aux gen­darmes qu’ils se rendent à une rave­par­ty, près du vil­lage de Ta­lai­rat, com­mune de Saint­Just­prèsB­rioude. Dans le même temps, un ha­bi­tant du ha­meau com­pose le 17 et se plaint du bruit. En se ren­dant sur les lieux, le com­man­dant de la com­pa­gnie, le ca­pi­taine Le Roux trouve une cin­quan­taine de vé­hi­cules aux abords du bois de Cos­tar­mand. C’est au Pié Bar­land que les La fête était or­ga­ni­sée dans les bois sur la com­mune de Saint-Beau­zire, à la li­mite de celles de Saint-Just-près-Brioude et Lu­bil­hac.

« teu­feurs » s’étaient ins­tal­lés.

L’or­ga­ni­sa­teur, un Au­ver­gna, a re­fu­sé d’an­nu­ler la ma­ni­fes­ta­tion. Une quin­zaine de mi­li­taires ont alors ten­té d’in­ter­dire l’ac­cès au site. Les par­ti­ci­pants arr ivaient d’Avi­gnon, de Va­lence ou de Saint­Étienne. Ils se ga­raient plus loin et re­joi­gnaient la fête à tra­vers

champs, ou se met­taient en dan­ger sur la route. Ce qui a conduit les mi­li­taires à quit­ter les lieux, à 2 heures du ma­tin. À ce mo­ment­là, 130 vé­hi­cules en­vi­ron étaient ga­rés aux abords de la fête. La mu­sique, que l’on en­ten­dait jus­qu’à Brioude s’est ar­rê­tée di­manche, vers mi­di.

Dans l’après­mi­di, une ving­taine de gen­darmes

de la com­pa­gnie de Brioude, ain­si qu’une équipe cy­no­phile de Cler­montFer­rand ont fouillé des vé­hi­cules qui quit­taient le site, sur ré­qui­si­tion du par­quet du Puy­en­Ve­lay. Ils ont no­tam­ment trou­vé du can­na­bis, de la co­caïne, du LSD et de l’ex­ta­sie. Deux au­to­mo­bi­listes se sont vus re­ti­rer leur per­ mis sur le champ pour conduite sous l’em­pire d’un état al­coo­lique, deux étaient sous le coup d’une sus­pen­sion de per­mis et un autre condui­sait sans per­mis. Une en­quête a été ou­verte pour or­ga­ni­sa­tion d’un ras­sem­ble­ment fes­tif non­dé­cla­ré et pour agres­sion so­nore.

« De­puis vingt ans qu’on vit ici, c’est peut­être la qua­trième rave­par­ty. » Elles re­viennent tous les cinq ans, en­vi­ron dans cette cam­pagne de l’ouest de Brioude. Entre les bois tran­quilles, la vue su­perbe et la proxi­mi­té de l’au­to­route A 75, le ter­ri­toire est idéal pour les adeptes des rave­par­ties.

Lun­di, les villages avaient re­trou­vé leur calme. Mais tous les ha­bi­tants du sec­teur avaient des sou­ve­nirs du wee­kend. « Sa­me­di soir, vers 23 heures, j’ai en­ten­du du bruit. J’ai pen­sé que c’était le feu d’ar­ti­fice de Brioude, pour la Saint­Ju­lien… Puis, vers 1 heure du ma­tin, je me suis ré­veillée. Il y avait de la lu­mière. J’ai ou­vert la porte pour voir ce qui se pas­sait et là, j’ai vu des voi­tures par­tout ! » De­vant sa mai­son, une file de vé­hi­cules est à l’ar­rêt. Elle sor t dis­cu­ter avec leurs oc­cu­pants. « C’était des ga­mins. Ils m’ont dit qu’ils ve­naient faire la fête et que les gen­darmes les em­pê­chaient d’y ac­cé­der. Ils m’ont même pro­po­sé d’al­ler avec eux », s’amuse­t­elle.

« Même les fe­nêtres fer­mées, c’était “boum b o u m” t o u t e l a n u i t » , ajoute son ma­ri. « Heu­reu­se­ment, ça ne fait pas ça tous les week­ends ! », confie un ha­bi­tant de Ta­lai­rat. Et si les ri­ve­rains ont confiance dans les sta­tis­tiques, ils de­vraient être ras­su­rés : la pro­chaine ne de­vrait pas avoir lieu avant une poi­gnée d’an­nées…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.