« La sai­son ou ja­mais » pour le coach du SCB

La Ruche - - La Une - JU­LIEN AL­LAIN

Claude Po­jo­lat, pré­sident de l’USI rug­by, et Franck Pa­na­fieu, le ma­na­ger gé­né­ral, re­viennent sur la sai­son pas­sée du club, parlent du pré­sent et évoquent l’ave­nir.

Le XV is­soi­rien a ef­fec­tué une sai­son 2016­2017 ex­cep­tion­nelle. Une qua­trième place en cham­pion­nat a per­mis aux mauve et noir de dis­pu­ter les bar­rages face à Ca­hors et de se qua­li­fier pour les phases fi­nales. Les rug­by­men ont été vain­cus, en 16e s, par une équipe du bas­sin d’Ar­ca­chon plus forte. Mais pa s d’a m e r t u m e po u r Claude Po­jo­lat et Franck Pa­na­fieu. La sai­son pas­sée a été plus que sa­tis­fai­sante et laisse es­pé­rer de belles choses pour le fu­tur.

Quels ont été les in­gré­dients de la réus­site de la sai­son pas­sée ? Franck Pa­na­fieu : Con­trai­re­ment à la sai­son pré­cé­dente, on a pu bien se pré­pa­rer. Pour la sai­son 2016­2017, l’ob­jec­tif était

de ne pas trop faire va­rier le groupe et de réa­li­ser un re­cru­te­ment pour faire une grosse plus va­lue en qua­li­té et en ex­pé­rience. Le groupe et l’en­ca­dre­ment avaient connais­sance des exi­gences de la Féd ér a l e 2 . Et pu i s , tr è s ra­pi­de­ment, on s’est re­trou­vés dans le haut de la poule et c’est plus fa­cile de jouer sans épée de Da­mo­clès au­des­sus de la

tête. Ce­la donne une bonne dy­na­mique. Le staff a pu faire tour­ner.

Claude Po­jo­lat : La sai­son der­nière a été un très grand cru. On a fran­chi un cap au ni­veau des se­niors et on a conti­nué sur le même rythme avec nos jeunes. C’est une sai­son au­de­là de nos es­pé­rances. L’ob­jec­tif du dé­but de sai­son était d’as­su­rer le main­tien le plus ra­pide­ ment pos­sible. On ne peut être que sa­tis­fait.

Quels sont les ob­jec­tifs pour cette nou­velle sai­son ?

Claude Po­jo­lat : Ils se construisent au fur et me­sure de la sai­son. Mais main­te­nant que l’on y a goû­té, les phases fi­nales sont en point de mire.

Franck Pa­na­fieu : On re­passe en poule de douze, les six pre­miers sont qua­li­fiés. J’es­père qu’on en fe­ra par­tie.

Fi­nan­ciè­re­ment, de quels moyens dis­pose le club ?

Claude Po­jo­lat : Nous dis­po­sons d’un bud­get de bas de Fé­dé­rale 2. D’autres clubs ont, par­fois, pour leur équipe pre­mière le double.

Pou­vez-vous en dire plus sur les dé­parts et les ar­ri­vées ?

Claude Po­jo­lat : On a quelques dé­parts sur­tout au ni­veau de l’équipe 2 et trois ar­rêts. Sé­bas­tien Chau­nier, Ju­lien Ger­ma qui in­tègre le staff et JeanCh­ris­tophe Robin. Par­mi les ar­ri­vées, on peut ci­ter Igor Bar­ba­kadze, 1re ligne, qui vient de Riom, Adrien Oléon de Mas­sy, éga­le­ment en 1re ligne. An­toine Fraysse, un de­mi­ou­ver­ture et bu­teur qui vient de Tulle, et Nel­son Gomes, au poste de centre. Plus d’autres ren­forts qui ont du po­ten­tiel.

Pou­vez-vous nous par­ler des fu­turs ad­ver­saires d’Issoire ?

Franck Pa­na­fieu : Beau­coup des équipes de cette poule sont rom­pues à la Fé­dé­rale 2 de­puis des an­nées. Salles monte au­réo­lé du titre de cham­pion de France de Fé­dé­rale 3, Tulle des­cend de Fé­dé­rale 1, Marmande veut mon­ter. Ce se­ra cos­taud ! Et puis, il y au­ra le der­by au­ver­gnat contre Cler­mont/ Cour­non.

L’USI ac­corde une im­por­tance toute par­ti­cu­lière à la for­ma­tion. Les jeunes sont une prio­ri­té pour le club ?

Claude Po­jo­lat : Pour nous, la for­ma­tion, c’est un in­ves­tis­se­ment. Pas une dé­pense. Et on y met une bonne par­tie du bud­get. Les Bé­las­cains ( ­ de 21 ans) ont échoué en de­mi­fi­nale du cham­pion­nat de France. Nous comp­tons sur eux pour le groupe se­nior.

Franck Pa­na­fieu : On es­père en in­té­grer cinq ou six dès le dé­but de sai­son. Prin­ci­pa­le­ment sur les en­traî­ne­ments et après sur les matches.

Qu’est ce qui manque au club pour par­ve­nir un jour à la Fé­dé­rale 1 ?

Franck Pa­na­fieu : On est à notre ni­veau en Fé­dé­rale 2. Pour l’ins­tant, nous n’avons pas les moyens d’al­ler plus haut.

Claude Po­jo­lat : Si l’op­por­tu­ni­té se pré­sente avec notre jeu­nesse et avec un re­cru­te­ment per­ti­nent, je ne vois pas pour­quoi on pa s s e ra i t à cô t é . Po u r l’ins­tant, ce n’est pas en­vi­sa­geable, mais c’est un rêve au­quel je crois.

(PHO­TO LA MON­TAGNE)

C’est par­ti pour une nou­velle sai­son !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.