MON­SIEUR JAMÉCONTENT

La Ruche - - LE FAIT DE LA SEMAINE -

Le mois de sep­tembre est bien en­ta­mé et le brame du cerf a com­men­cé. L’heure où les rois des fo­rêts des­cendent de leur mon­tagne pour ap­pe­ler leurs dul­ci­nées avec grâce et vo­lup­té : « Feeeemme ! » Bon ok. Le cerf est un gou­jat. Et en par­lant de mufles, moi j’en connais d’autres ! Sauf qu’eux, hé­las, ne sortent pas qu’une fois l’an. C’est à lon­gueur d’an­née que les dames se les col­tinent. La der­nière fois avec Yvonne, on est tom­bé par ha­sard sur une jeune fille en train de se faire im­por­tu­ner par un ma­lo­tru. Oh, il n’était pas mé­chant, bien qu’un peu pé­nible. Il lui col­lait aux basques lan­çant des « ma­de­moi­selle » par­ci, « vous êtes char­mante », par là… Alors, je me suis mis à sa place. Que faire ? Ré­pondre que l’on n’est pas in­té­res­sé et es­pé­rer que ce­la suf­fise ? Et que faire en­core si ce jeu dé­rape, ten­dant vers le har­cè­le­ment de rue ? Mar­lène Schiap­pa, se­cré­taire d’État char­gée de l’Éga­li­té hom­mes­femmes vou­drait mettre en place une ver­ba­li­sa­tion à ce har­cè­le­ment. J’ai des doutes, mais pour­quoi pas ? Si ça dis­suade ces hommes de consi­dé­rer les femmes comme du gi­bier. Et oui, ne vous en dé­plaise, les femmes ne sont pas des biches. Elles pré­fèrent la fi­nesse à la gou­ja­te­rie. Hein, mon Yvonne ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.