Une sous­pré­fète tout­ter­rain

La Ruche - - BRIOUDE -

Lun­di, à l’is­sue d’une cé­ré­mo­nie pro­to­co­laire place de Pa­ris, Vé­ro­nique Mar­tin Saint Léon est de­ve­nue sous-pré­fète de l’ar­ron­dis­se­ment.

De toute sa vie, Vé­ro­nique Mar­tin Saint Léon n’avait fait que pas­ser à Brioude. Au­jourd’hui, elle y en­tame une nou­velle car­rière. Lun­di, elle est of­fi­ciel­le­ment de­ve­nue sous­pré­fète de l’ar­ron­dis­se­ment.

Ar­ri­vée sa­me­di, la quin­qua­gé­naire n’a pas per­du de temps et est par­tie à la dé­cou­verte de son ter­ri­toire… À vé­lo. « J’ai été sub­ju­gué par nos ba­lades du week­end ! J’ai trou­vé le coin très beau, lu­mi­neux et propre. À Brioude, l’ar­chi­tec­ture est pré­ser­vée, on sent le poids de l’his­toire… J’avais en­ten­du par­ler de la ba­si­lique et de ses vi­traux mais quand on le voit, c’est très sur­pre­nant ».

C’est donc avec en­thou­siasme et ap­pé­tence que Vé­ro­nique Mar­tin Saint Léon en­dosse ses nou­velles fonc­tions, avec la vo­lon­té claire de se fondre dans la vie de la ci­té. « Pour bien trai­ter les su­jets, il faut res­sen­tir les choses, être en lien avec Vé­ro­nique Mar­tin Saint Léon, nou­velle sous-pré­fète.

Sur le ter­rain, à la ren­contre des gens

les gens, s’im­pré­gner des usages et des pro­blé­ma­tiques. Je suis quel­qu’un de très “ter­rain”. J’ai be­soin d’être en con­tact avec tous ceux qui font par­tie de la vie lo­cale comme les élus, les agri­cul­teurs, les as­so­cia­tions… Mes pre­mières se­maines voire mes pre­miers mois se­ront donc consa­crés au dia­logue et à la dis­cus­sion. Je dois jouer un rôle de mé­dia­teur, de fa­ci­li­ta­teur et ac­com­pa­gner les pro­jets pour le ter­ri­toire. »

La pour­suite de l’évo­lu­tion des in­ter­com­mu­na­li­tés, la RN 102, la sé­cu­ri­té rou­tière, l’ac­ti­vi­té éco­no­mique ou en­core l’ac­cueil des mi­grants font par­tie des « su­jets dé­jà iden­ti­fiés » par la nou­velle sous­pré­fète. « Je ne tra­vaille­rai ja­mais seule. J’in­carne le rôle de l’État mais pour avan­cer il fau­dra inexo­ra­ble­ment tra­vailler tous en­semble. Je ne suis pas quel­qu’un de dog­ma­tique. » Forte d’un par­cours pro­fes­sion­nel aus­si va­rié qu’en­ri­chis­sant ( voir ci­des­sus), Vé­ro­nique Mar­tin Saint Léon est « gui­dée de­puis tou­jours par l’in­té­rêt gé­né­ral. Ma car­rière m’a per­mis de prendre du re­cul sur les po­li­tiques pu­bliques, de ré­flé­chir et de com­prendre les prises de dé­ci­sions. J’ai peut­être ac­quis aus­si une cer­taine sa­gesse, de la sé­ré­ni­té pour des postes opé­ra­tion­nels qui sont très exi­geants… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.