« Nous ne cher­chons pas des ath­lètes »

La Ruche - - BRIOUDE -

Les

sa­peurs-pom­piers de Brioude ont or­ga­ni­sé une réunion pour ap­pe­ler les per­sonnes mo­ti­vées à s’en­ga­ger en tant que vo­lon­taires.

Beau­coup d’en­fants rêvent de de­ve­nir des su­per­hé­ros : me­ner une vie nor­male et en­fi­ler sa cape le soir. Être sa­peur­pom­pier vo­lon­taire, ça y res­semble un peu fi­na­le­ment. « On ne re­cherche pas des ath­lètes, il faut dé­mys­ti­fier cette vi­sion que ren­voient les émis­sions de télé. Ce sont des gens comme vous qui as­surent la ma­jo­ri­té des in­ter­ven­tions, ex­plique le com­man­dant Xav i e r Ma t e r a c , c h e f d u centre de secours bri­va­dois. Nous avons be­soin de per­sonnes qui ont en­vie de don­ner du temps aux autres, car à Brioude on tra­vaille à flux ten­du. » Jeu­di 5 oc­tobre, une réunion d’in­for­ma­tion pu­blique était or­ga­ni­sée à la Halle aux grains pour sen­si­bi­li­ser la po­pu­la­tion à la né­ces­si­té de ren­for­cer l’ef­fec­tif.

« Un rêve de de­ve­nir pom­pier vo­lon­taire »

Dé­bo­rah est ve­nue à la réunion avec ses deux filles. Toutes les trois en­vi­sagent sé­rieu­se­ment de s’en­ga­ger en tant que sa­peurs­pom­piers vo­lon­taires. À 38 ans, elle a tou­ Dé­bo­rah et ses deux filles, Kla­ryss et Mor­gane, sont ve­nues s’in­for­mer sur les mis­sions des pom­piers vo­lon­taires.

jours hé­si­té à fran­chir le pas. Pour­tant, « j’avais pas­sé la for­ma­tion aux pre­miers secours, au­jourd’hui ap­pe­lée PSC1. Ça m’avait beau­coup plu. C’est un rêve de de­ve­nir sa­peur­pom­pier vo­lon­taire, et de rendre ser vice aux gens » , ra­conte, les yeux pé­tillants, Dé­bo­rah, pen­dant que des pom­piers sont ap­pe­lés pour in­ter­ve­nir sur une fuite de gaz à Brioude. Les re­gar­der par­

tir en cou­rant suf­fit à la mo­ti­ver d’au­tant plus : « on sent l’adré­na­line du dé­part, ça me donne vrai­ment en­vie. »

Ses filles, Kla­ryss, 11 ans, et Mor­gane, 13 ans, ne sont pas ve­nues pour ac­com­pa­gner gen­ti­ment leur ma­man. Elles par­tagent la même am­bi­tion. « Moi je veux sau­ver des vies, rendre des ser­vices, et j’aime beau­coup le sport aus­si. J’hé­site en­core à ren­trer dans une école mi­li­taire

en in­ter­nat l’an­née pro­chaine, ou à m’en­ga­ger par­mi les jeunes sa­peurs­pom­piers, pour une form a t i o n d e q u a t re a n s, pos­sible à par­tir de 11 ans, à suivre à cô­té du col­lège. Grâce à ça je pour­rais par­tir en in­ter ven­tion dès mes 18 ans » , ex­plique Mor­gane. Klar yss, elle, rêve d’en­fi­ler l’uni­forme et de tra­vailler à la ca­serne. « J’ai vi­si­té celle de Lempdes avec ma tante qui y

tra­vaille, j’ai ado­ré. Je suis sûre que c’est ça que je veux faire plus tard. »

Par­mi la ving­taine de per­sonnes ve­nues s’in­for­mer ce soir­là, Ch­ris­tophe s’est dé­pla­cé pour son col­lègue dé­ter­mi­né qui ne pou­vait pas être là, et en pro­fite pour s’y in­té­res­ser de plus près. Quelques rangs plus loin, Ca­mille, jeune femme de 18 ans, n’hé­site plus. Ce n’est plus qu’une ques­tion de temps pour elle : « Ça fait long­ temps que je veux de­ve­nir sa­peur­pom­pier vo­lon­taire, mais pas pro­fes­sion­nel car je pense qu’il vaut mieux pré­voir un autre em­ploi à cô­té si ja­mais on se blesse et qu’on ne peut plus exer­cer. Je vou­drais être in­fir­mière, ça reste dans la même op­tique : sau­ver des vies ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.