Ca­bines té­lé­pho­niques : la fin d’une époque

La Ruche - - LA UNE - MA­NUEL CLADIERE

Les ca­bines té­lé­pho­niques, dont le dé­man­tè­le­ment a dé­bu­té en 2010, vont to­ta­le­ment dis­pa­raître d’ici la fin de l’an­née. En Haute­Loire, il n’en reste que sept.

Les com­munes de Fontannes ou Chan­teuges ont par exemple dé­ci­dé de leur of­frir une nou­velle vie en les trans­for­mant en boites à livres.

C’est un pan de l’his­toire qui s’en va. Les ca­bines té­lé­pho­niques, qui font l’ob­jet d’en­lè­ve­ment de­puis 2010 vont to­ta­le­ment dis­pa­raître d’ici la fin 2017. En Haute-Loire aus­si.

Elles n’ont pas l’al­lure, ni l’au­ra des ca­bines té­lé­pho­niques an­glaises, mais elles consti­tuent une part de l’his­toire. Ins­tal­lées pour per­mettre à tous de té­lé­pho­ner à son voi­sin ou à l’autre bout du monde, elles sont tom­bées en désué­tude avec l’ap­pa­ri­tion des té­lé­phones por­tables. « L’uti­li­sa­tion des ca­bines té­lé­pho­niques dé­croît de plus de 40 % par an de­puis une di­zaine d’an­nées », confie Na­tha­lie Du mont et­ C os te, char­gée de com­mu­ni­ca­tion chez Orange.

En France, l’uti­li­sa­tion moyenne d’une ca­bine té­lé­pho­nique est d’ « une mi­nute par jour » . Et la Haute­Loire ne dé­roge pas à la règle. « La der­nière fois que la ca­bine de la com­mune a été uti­li­sée c’était pour pro­fé­rer des me­naces » , in­dique un maire, alors qu’un autre glisse : « Il y a quelques

an­nées, cer­tains l’uti­li­saient pour se ca­cher de leur femme ou de leur ma­ri ».

Le ser­vice étant de­ve­nu très dé­fi­ci­taire, Orange a pris la dé­ci­sion de lan­cer un grand plan de dé­man­tè­le­ment en 2010. « À l’ori­gine, il était pré­vu de lais­ser les ca­bines dans les com­munes re­con­nu es comme zone blanche en 2G. De­puis 2016, les com­munes de Haute­Loire

n’étant plus clas­sées dans cette ca­té­go­rie, toutes les ca­bines vont être en­le­vées » , ex­plique Na­tha­lie Du­mon­tet­Coste.

Et l e moins que l’on puisse dire, c’est que les choses vont vite ! Le 1er mars, il res­tait en­core 72 ca­bines en Haute­Loire alors que fin sep­tembre, il n’en reste que sept en état de marche ( Ver­ge­zac, Grèzes, Ven­teuges, Chas­sagnes, Saint­Pal­de­Senouire, Jax et Mer­coeur) et d’ici

la fin de l’an­née, il n’en res­te­ra plus. En tout cas, pas sous la forme de ca­bine té­lé­pho­nique. « Elles sont toutes dé­mon­tées puis désos­sées. Les ma­té­riaux sont re­cy­clés », in­siste Na­tha­lie Du­mon­tetCoste.

Mais avant de par­tir à la benne, il existe une pos­si­bi­li­té pour ré­cu­pé­rer les ca­bines : « Elles n’ont pas vo­ca­tion à être ven­dues. Dans un pre­mier temps,

nous in­for­mons les élus que nous al­lons en­le­ver la ca­bine. Si la com­mune sou­haite la ré­cu­pé­rer, dans un deuxième temps, elle doit nous faire une de­mande et nous étu­dions le dos­sier qui doit être ba­sé sur un pro­jet cultu­rel ou ar­tis­tique. En au­cun cas, une ca­bine ne peut être ré­cu­pé­rée par un par­ti­cu­lier », ex­plique Na­tha­lie­Du­mon­tet­Coste.

Si les élus étaient « fri­leux au dé­but », l’idée de main­te­nir une ca­bine té­lé­pho­nique « sé­duit de plus en plus », comme à Ver­ge­zac. « Notre ca­bine se­ra en­le­vée d’ici la fin de l’an­née. Ce n’est pas un élé­ment du pa­tri­moine comme les ca­bines an­glaises, mais c’est une par­tie de notre his­toire », in­siste le maire Jean­Pierre Tou­rette. Très peu uti­li­sé, l’ équi­pe­ment va de­ve­nir d’ ici quelques mois « une borne à livres. Mais le pro­jet n’est qu’à l’état em­bryon­naire » , pour­suit­il. « Le but est de la main­te­nir en place et de créer du lien en dé­po­sant des jour­naux, des livres, au lieu de les je­ter à la pou­belle », in­siste Jean­Pierre Tou­rette.

Aban­don­nées de tous, les ca­bines té­lé­pho­niques pour­raient­elles re­naître un jour ? La chose semble dif­fi­cile mais Jean­Pierre Tou­rette semble gar­der es­poir : « Pour le mo­ment, nous n’en avons pas be­soin, mais qui sait… »

« Uti­li­sées pour se ca­cher de leur femme ou de leur ma­ri »

(PHO­TO : F. BOI­LEAU)

(PHO­TO BRU­NO LE­ROY)

Fin sep­tembre, il ne res­tait plus que sept ca­bines té­lé­pho­niques en état de marche en Haute-Loire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.