Le « jo­li coup d’eau » de l’Ala­gnon

La Ruche - - FAITS DIVERS -

La mon­tée du ni­veau des eaux de l’Ala­gnon n’a échap­pé à per­sonne la se­maine dernière. Le pic de crue ayant été at­teint le 4 jan­vier der­nier à 13 h 45 pré­cises. Ex­pli­ca­tions.

Des pré­ci­pi­ta­tions ré­gu­lières, bien qu’as­sez faibles et le net ra­dou­cis­se­ment des tem­pé­ra­tures de cette dernière quin­zaine ont eu rai­son du man­teau nei­geux can­ta­lien. Le ré­sul­tat ? Le ni­veau de l’Ala­gnon est mon­té. Ayant at­teint son pic de crue le 4 jan­vier à 13 h 45 exac­te­ment, avec un dé­bit de 150 m3 par se­conde.

« Ce­la reste une pe­tite crue, re­lève ce­pen­dant Guillaume Pon­son­naille, di­rec­teur du Si­gal (Syn­di­cat in­ter­dé­par­te­men­tal de ges­tion de l’Ala­gnon) ba­sé à Mas­siac. On peut par­ler d’un jo­li coup d’eau. »

En ef­fet, en com­pa­rai­son des crues du 5 no­vembre 1 9 9 4 ( 4 9 5 m3 / s ) e t d u 2 décembre 2003 (416 m3/ s, cette dernière, heu­reu­se­ment pour les ha­bi­tants lemp­dais, fait pâle fi­gure.

« Une crue comme celle­ci re­vient en­vi­ron tous les cinq ans sur l’Ala­gnon »

À no­ter tout de même, le dé­bit moyen à l’an­née de l’Ala­gnon est de 12 m3/ s. Avec 150 m3/s le 4 jan­vier, la mon­tée des eaux était tout de même no­toire. « Une crue comme celle­ci re­vient en moyenne tous les cinq ans sur l’Ala­gnon, ter­mine Guillaume Pons o n n a i l l e. Ce l l e ­c i n’ a donc par for­cé­ment de lien avec la tem­pête Elea­nor. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.