CITIGROUP, LA BANQUE À L’ÈRE DES PLA­TE­FORMES

DES CADRES REN­FOR­CÉ PAR LA LGV ?

La Tribune Bordeaux - - LA UNE - M. L.

Se­lon la der­nière en­quête de Ca­drem­ploi.fr, 80% des cadres pa­ri­siens sont prêts à dé­mé­na­ger pour un autre en­vi­ron­ne­ment en ré­gion. Pas moins de 56% des 3689 son­dés choi­sissent Bor­deaux comme des­ti­na­tion pro­fes­sion­nelle prio­ri­taire. Un plé­bis­cite, et une nou­velle mé­daille d'or qui vient s'ajou­ter à la longue liste de bre­loques ac­cu­mu­lées par la pré­fec­ture de la Gi­ronde. Ces der­niers mois, les son­dages placent sys­té­ma­ti­que­ment Bor­deaux en tête des mé­tro­poles fran­çaises les plus at­trac­tives. Se­lon Da­nielle San­cier, dé­lé­guée Nou­velle-Aqui­taine de l'Apec, l'as­so­cia­tion spé­cia­li­sée dans l'em­ploi des cadres : « Ce phé­no­mène n'est pas nou­veau et dure de­puis plu­sieurs an­nées. La po­pu­la­tion des cadres croît ré­gu­liè­re­ment à Bor­deaux et plus ra­pi­de­ment qu'au plan na­tio­nal : +1,9% an­nuel­le­ment contre +0,9%. Il y a cer­tai­ne­ment un ef­fet lié à la com­mu­ni­ca­tion au­tour de ces son­dages, mais aus­si le bouche-à-oreille qu'il ne faut pas sou­ses­ti­mer. Bor­deaux est dé­sor­mais ré­pu­tée pour son dy­na­misme et sa qua­li­té de vie. »

CRÉER DA­VAN­TAGE D’EM­PLOIS CADRES

En 2013, la part des cadres at­tei­gnait 26% de la po­pu­la­tion ac­tive à Bor­deaux, contre 25% à Nantes et 28% à Tou­louse, deux villes éga­le­ment si­tuées sur la fa­çade at­lan­tique. Mais la dy­na­mique bor­de­laise est in­té­res­sante. « Sur les cinq der­nières an­nées, le nombre de cadres à Bor­deaux aug­mente deux fois plus vite que dans d'autres mé­tro­poles fran­çaises », sou­ligne le di­rec­teur ter­ri­to­rial de Pôle em­ploi Gi­ronde, Be­noît Meyer.

Ca­pi­tale de la ré­gion Nou­velle-Aqui­taine for­mée en dé­but d'an­née, Bor­deaux concentre pas moins de 50% des cadres de ce nou­vel en­semble. Le son­dage réa­li­sé par l'Apec fin 2015 au­près d'un pe­tit mil­lier d'en­tre­prises pré­voyait au­tour de 4000 re­cru­te­ments ex­ternes de cadres dans la mé­tro­pole bor­de­laise en 2016. « La bonne nou­velle est que le tis­su lo­cal crée de l'em­ploi cadre, pour­suit Da­nielle San­cier. Sur cette pré­vi­sion de 4000 re­cru­te­ments, on comp­ta­bi­lise en­vi­ron 800 créa­tions nettes de postes. » Des chiffres qui ne sont pas neutres mais néan­moins « pas à la hau­teur du flux mi­gra­toire », constate Da­nielle San­cier.

Be­noît Meyer confirme qu'ef­fec­ti­ve­ment, Bor­deaux est plus tou­chée que d'autres par le chô­mage des cadres. À l'échelle de la mé­tro­pole bor­de­laise, 8% des de­man­deurs d'em­ploi ins­crits à Pôle em­ploi sont des cadres, contre 8,2 % pour la mé­tro­pole tou­lou­saine et 9,1 % à Nantes. Mais 10,4% des ins­crits bor­de­lais à Pôle em­ploi sont des cadres, contre 8% à Tou­louse et 9,7% à Nantes. Cer­taines fi­lières sont par­ti­cu­liè­re­ment bou­chées : la com­mu­ni­ca­tion et le mar­ke­ting, les fonc­tions comp­tables, le sec­teur ju­ri­dique… no­tam­ment en rai­son du manque de sièges so­ciaux im­por­tants dans la ré­gion. Ce fac­teur joue un rôle non né­gli­geable dans les ten­sions consta­tées sur le mar­ché de l'em­ploi. « Il faut avoir en tête les réalités du mar­ché bor­de­lais, pré­cise Da­nielle San­cier à l'Apec. Et ce mar­ché est es­sen­tiel­le­ment consti­tué de PME, de PMI, de star­tups et de quelques en­tre­prises de taille in­ter­mé­diaire. Pour un nou­vel ar­ri­vant, il va fal­loir faire des ajus­te­ments : comment je m'adapte quand je viens d'un grand siège pa­ri­sien? On peut aus­si se re­trou­ver à cher­cher des postes et fonc­tions qui n'existent pas ici. De leur cô­té, cer­taines en­tre­prises cherchent des pro­fils très par­ti­cu­liers qui ne cor­res­pondent pas vrai­ment à ceux des de­man­deurs d'em­ploi. » À l'Apec comme à Pôle em­ploi, on ob­serve deux ten­dances de fond : lors­qu'un conjoint cadre peine lui aus­si à trou­ver un em­ploi en ar­ri­vant sur la mé­tro­pole, il fi­nit par créer sa propre struc­ture, le plus sou­vent de conseil ou de for­ma­tion. « Sans for­cé­ment avoir fait une étude de mar­ché sé­rieuse et me­su­ré que ces sec­teurs sont sa­tu­rés », glisse Be­noît Meyer.

PLUS DE MO­BI­LI­TÉ, PLUS D’OP­POR­TU­NI­TÉS ?

Voi­là pour le contexte, ten­du. Et d'au­cuns s'in­ter­rogent donc : quel se­ra l'im­pact de la ligne à grande vi­tesse (LGV) qui met­tra Bor­deaux à deux heures de Pa­ris en juillet pro­chain?

Le pre­mier ef­fet es­pé­ré est l'ar­ri­vée de nou­velles en­tre­prises, et no­tam­ment des sièges de fi­liales de grands groupes, dans le centre de la mé­tro­pole (lire p.8). Au­de­là, « la LGV risque de chan­ger la fa­çon dont les cadres vont gé­rer leur lo­ca­li­sa­tion, es­time Da­nielle San­cier. On peut pen­ser

Sys­té­ma­ti­que­ment ci­tée comme la ville où les cadres pa­ri­siens sou­hai­te­raient en prio­ri­té s’ins­tal­ler, Bor­deaux ca­ra­cole de­puis plu­sieurs mois en tête des di­verses en­quêtes d’opi­nion. Ju­gée at­trac­tive et dy­na­mique, louée pour sa qua­li­té de vie, la mé­tro­pole gi­ron­dine sé­duit. Alors que le mar­ché de l’em­ploi s’y tend, que peut chan­ger la LGV ?

que cer­tains en­vi­sagent d'ha­bi­ter quelque part et de tra­vailler ailleurs. » Un point de vue que par­tage dans son ana­lyse Gilles Pin­son, res­pon­sable du mas­ter Stra­té­gies et gou­ver­nances mé­tro­po­li­taines à Sciences Po Bor­deaux, res­pon­sable scien­ti­fique du Fo­rum ur­bain (lire p.12). Sans ima­gi­ner des al­lers-re­tours quo­ti­diens Bor­deaux–Pa­ris-Mont­par­nasse, il est ef­fec­ti­ve­ment ima­gi­nable que des cadres aillent cher­cher un job à An­gou­lême ou à Poi­tiers par exemple, qui se­ront des­ser­vies, tout en conti­nuant à vivre dans la mé­tro­pole. « Plus la mo­bi­li­té se­ra ai­sée, plus les cadres bor­de­lais pour­ront se tour­ner vers des mar­chés moins com­pli­qués », ré­sume Be­noît Meyer. Reste que la crainte est que Bor­deaux, de­ve­nue plus ac­ces­sible, at­tire da­van­tage de pro­fils à la re­cherche d'un em­ploi so­lide dans le ter­tiaire. Tout l'en­jeu est là : faire ve­nir de nou­velles en­tre­prises, sous peine de voir la si­tua­tion du chô­mage des cadres se tendre da­van­tage.

Xoxo xo o oxo o xo xoxoxox oxo xo xox oxo xo xo xoxo xo xox oxo xo xoxo xo xox oxo xo xoxo xoxoxox xo ox oxxo xo xoxo xo xox oxo xo xoxoxoxoxoxoxoxoxo xoxoxo

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.