L’IN­QUIÉ­TUDE BOR­DE­LAISE DU TOU­JOURS PLUS D’HA­BI­TANTS

La Tribune Bordeaux - - ENQUÊTE - Jean-Phi­lippe De­jean

Jean-Luc Gleyze, pré­sident so­cia­liste du conseil dé­par­te­men­tal de la Gi­ronde, ne ma­ni­feste pas un en­thou­siasme dé­me­su­ré pour l'ar­ri­vée de la ligne à grande vi­tesse (LGV) à Bor­deaux, pré­vue en 2017. Sans faire par­tie du camp pour l'heure in­exis­tant des an­tis, le pa­tron du dé­par­te­ment cultive son sens cri­tique. « La ques­tion de l'ar­ri­vée de la LGV en Gi­ronde est à la fois simple et fon­da­men­tale. Notre

Avec le TGV, le nombre d’ha­bi­tants pour­rait aug­men­ter en­core plus vite qu’au­jourd’hui en Gi­ronde. Rien n’est en­core sûr, mais cette pers­pec­tive, qui oblige à re­pen­ser les in­fra­struc­tures, ali­mente une pré­oc­cu­pa­tion dif­fuse.

dé­par­te­ment est très at­trac­tif, et at­tire plus de 15000 nou­veaux ha­bi­tants par an. Ce­ci, avant même que le TGV n'ar­rive à Bor­deaux », pré­vient d'em­blée Jean-Luc Gleyze. « Ce que nous sen­tons bien, c'est l'en­vie des Pa­ri­siens de ve­nir s'ins­tal­ler dans le Sud-Ouest, en Gi­ronde et à Bor­deaux en par­ti­cu­lier », pour­suit-il. « Plus de 15000 ha­bi­tants par an, ça fait un col­lège en plus. Bien sûr, tout le monde ne va pas au même en­droit », nuance-t-il. « Mais ce­la crée une pres­sion dé­mo­gra­phique qui oblige à très bien pla­ni­fier les pro­grammes ur­bains. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'à Bor­deaux ces pro­grammes sont nom­breux et pas tou­jours bien pla­ni­fiés », es­time-t-il. S'il se fé­li­cite de la bonne or­ga­ni­sa­tion de l'éta­blis­se­ment pu­blic d'amé­na­ge­ment Bor­deaux Eu­rat­lan­tique, où le dé­par­te­ment est re­pré­sen­té, et qui est char­gé de dé­ve­lop­per l'énorme pro­gramme ur­bain du même nom, il se montre plu­tôt vi­ru­lent quant aux mo­da­li­tés de la stra­té­gie ur­baine de la Ville de Bor­deaux. Et ce, même si Michel Du­chène, ad­joint à la mai­rie et vice-pré­sident (LR) de Bor­deaux Mé­tro­pole en charge des grands pro­jets d'amé­na­ge­ment ur­bains, dé­ment toute rup­ture entre le dé­par­te­ment et la Ville.

LE SPECTRE DE LA SUR­PO­PU­LA­TION

Les élec­tions mu­ni­ci­pales de 2014 ont été le ré­vé­la­teur d'une crainte ma­jeure au sein de la mé­tro­pole bor­de­laise : celle d'un af­flux mas­sif de po­pu­la­tion. Et c'est bien sur une base lar­ge­ment en­vi­ron­ne­men­ta­liste que les can­di­dats de la droite et du centre ont été por­tés à la tête de la Mé­tro­pole (près de 750000 ha­bi­tants). Bon nombre de maires so­cia­listes en place, ac­cu­sés de construire des lo­ge­ments à tour de bras dans l'op­tique d'une mé­tro­pole mil­lion­naire, ont été ba­layés. Dé­tail in­té­res­sant, lors de la der­nière as­sem­blée gé­né­rale de l'Ob­ser­va­toire de l'im­mo­bi­lier du Sud-Ouest (Oi­so), qui se te­nait au conseil dé­par­te­men­tal, une élue gi­ron­dine EELV a pré­ve­nu qu'il fau­drait faire très at­ten­tion à la ges­tion de la res­source en eau, dé­jà sous ten­sion, dans la pers­pec­tive de l'ar­ri­vée du TGV et d'un sur­croît de po­pu­la­tion nou­velle…

Cette af­fi­chette col­lée sur le mur d'une mai­son condam­née de La Bas­tide, quar­tier de la rive droite de Bor­deaux, donne le ton.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.