La guerre du ca­ne­lé au­ra bien lieu

La Tribune Bordeaux - - DÉCIDEURS - P. R.

ÀBor­deaux, per­sonne ne s'ac­corde vrai­ment sur l'écri­ture exacte de la plus cé­lèbre pâ­tis­se­rie bor­de­laise, le ca­ne­lé, qu'on écrit sou­vent can­ne­lé. Quoi qu'il en soit, entre le pro­duc­teur de ca­ne­lés Baillardran et l'un de ses concur­rents les plus agres­sifs tant en termes de po­si­tion­ne­ment de ses bou­tiques que dans sa po­li­tique ta­ri­faire, La Toque Cui­vrée, l'or­tho­graphe qu'ils ont choi­sie, ca­ne­lé, est l'unique point d'ac­cord vi­sible.

In­vi­tée du pe­tit-dé­jeu­ner de La Tri­bune et du Cré­dit Agri­cole Aqui­taine en oc­tobre à Bor­deaux, An­gèle Baillardran a pré­sen­té une stra­té­gie de dé­ve­lop­pe­ment com­mer­cial qui va, sans ja­mais le dire, di­rec­te­ment s'adres­ser à un concur­rent dont elle s'ap­plique conscien­cieu­se­ment à ne ja­mais pro­non­cer le nom. Baillardran, 140 sa­la­riés, ca­pable de réa­li­ser 20000 ca­ne­lés par jour, comp­tant 17 bou­tiques et réa­li­sant 10 M€ de chiffre d'af­faires, tra­vaille en ef­fet sur plu­sieurs fronts. Outre le dé­ve­lop­pe­ment de la bou­tique e-com­merce, l'en­seigne va créer un point de vente stra­té­gique au coeur de Bor­deaux, après l'ou­ver­ture en juin 2016 d'une im­por­tante bou­tique à proxi­mi­té im­mé­diate de l'Of­fice de tou­risme de la ville, cours du Trente-Juillet, dé­sor­mais son meilleur point de vente avec ceux de la gare et de l'aé­ro­port. An­gèle Baillardran et son époux Phi­lippe vont lan­cer dé­but 2017, à l'angle de la place Gam­bet­ta et de la rue Ju­daïque, son fu­tur vais­seau ami­ral com­mer­cial, « dans un sec­teur qui va connaître un em­bel­lis­se­ment consé­quent et une mon­tée en gamme du com­merce avec l'ar­ri­vée, dans les an­nées qui viennent, d'un pa­lace à la place du Vir­gin Me­gas­tore. C'est un nou­veau concept que nous al­lons tes­ter. Nous al­lons mé­lan­ger bou­tique, la­bo­ra­toire et école de ca­ne­lés Baillardran. Nous nous as­so­cions à L'ate­lier des Chefs pour ces cours qui se­ront ou­verts à tous. Cette bou­tique se­ra lar­ge­ment ou­verte sur la rue. Nous al­lons jouer la trans­pa­rence to­tale sur notre pro­duc­tion ar­ti­sa­nale, sans OGM et sans conser­va­teurs ». Sa concur­rente di­recte, La Toque Cui­vrée, qui tient une bou­tique à 20 mètres, ap­pré­cie­ra sans doute…

Les deux en­seignes se livrent, en ef­fet, une ba­taille fé­roce. Pour­tant, les bou­tiques Baillardran em­pruntent tout aux codes du luxe, quand La Toque Cui­vrée est po­si­tion­née sur un cré­neau plus clas­sique. En cause, la cou­leur rouge. Baillardran uti­lise de­puis 1988 une cou­leur entre le rouge et le ver­mi­lion, créée par Phi­lippe Baillardran. Le couple es­time que le code cou­leur de La Toque Cui­vrée est trop proche et « sème la confu­sion dans la tête des consom­ma­teurs ». Un pro­cès au­ra lieu en 2017. Cer­taines re­cettes com­mer­ciales du ca­ne­lé bor­de­lais risquent d'avoir un lé­ger goût amer dans les mois qui viennent.

Co­fon­da­trice de l’en­seigne spé­cia­li­sée, An­gèle Baillardran pré­sente sa nou­velle stra­té­gie com­mer­ciale. Elle an­nonce éga­le­ment qu’un pro­cès va l’op­po­ser en 2017 à un concur­rent de la place bor­de­laise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.