POR­TRAIT-RO­BOT DU CADRE RE­CRU­TÉ

EN NOU­VELLE-AQUI­TAINE EN 2017

La Tribune Bordeaux - - L'ENQUÊTE - MIKAËL LOZANO

Entre 9 090 et 10 020 cadres de­vraient être re­cru­tés en Nou­velle-Aqui­taine en 2017, se­lon l’en­quête an­nuelle de l’Apec. Ce­la té­moi­gne­rait a mi­ni­ma d’une sta­bi­li­té, au mieux d’une pro­gres­sion de 10 % par rap­port à 2016. Sec­teurs por­teurs, fonc­tions re­cher­chées… Re­vue de dé­tail.

C’est un ou­til tou­jours riche en in­for­ma­tions. L’en­quête 2017 réa­li­sée par l’Apec en Nou­velle-Aqui­taine au­près de 11000 en­tre­prises du ter­ri­toire, montre cette an­née en­core le por­trait-ro­bot du cadre qui se­ra re­cru­té en 2017. L’étude montre que les so­cié­tés in­ter­ro­gées pré­voient d’em­bau­cher cette an­née entre 9090 et 10020 cadres sur le pé­ri­mètre néo-aqui­tain. Soit entre 0% et 10% de crois­sance, se­lon que l’on s’in­té­resse au point bas ou au point haut de la four­chette évo­quée. Da­nielle San­cier, dé­lé­guée ter­ri­to­riale Nou­velle-Aqui­taine de l’Apec, évoque ain­si « un bon cru » qui s’an­nonce.

Au to­tal, 9080 re­cru­te­ments ex­ternes et 3140 pro­mo­tions in­ternes de sa­la­riés at­tei­gnant le sta­tut cadre ont été réa­li­sés en 2016 (+ 16% par rap­port à 2015). En re­tran­chant les dé­mis­sions, les li­cen­cie­ments… on abou­tit à un solde de créa­tion nette de 2000 postes. Ces pers­pec­tives 2017 ne suf­fisent pas à pla­cer la Nou­velle-Aqui­taine dans le top 5 fran­çais, mal­gré la taille de la ré­gion et le dy­na­misme qui lui est ré­gu­liè­re­ment at­tri­bué. L’Île-de-France et Au­vergne Rhône-Alpes s’im­posent comme les lo­co­mo­tives. Suivent trois wa­gons : Hauts-de-France, Pro­ven­ceAlpes-Côte d’Azur et Oc­ci­ta­nie. Les ré­sul­tats au plan na­tio­nal évoquent de 208000 à 225000 em­bauches dans l’Hexa­gone, soit de 2% à 10% de plus qu’en 2016, se­lon l’in­di­ca­teur choi­si. La Nou­velle-Aqui­taine fe­ra donc moins bien ou se­ra dans la moyenne na­tio­nale.

CONFIR­MÉS, MAIS PAS TROP

« Notre ré­gion fi­gu­rait dans le pe­lo­ton de tête il y a en­core trois ans, in­dique Da­nielle San­cier. 2015 a été en re­trait. Au­jourd’hui les Hauts-de-France et l’Oc­ci­ta­nie bé­né­fi­cient d’une évo­lu­tion plus im­por­tante des pré­vi­sions de re­cru­te­ment, grâce à la fonc­tion in­for­ma­tique, dont la crois­sance est moindre en Nou­velle-Aqui­taine. »

La dé­lé­guée ter­ri­to­riale de l’Apec note le poids ren­for­cé de l’ex-Aqui­taine, qui concentre 66% des pré­vi­sions de re­cru­te­ment en Nou­velle-Aqui­taine, contre 63% en 2015. Poi­tou-Cha­rentes (25 %) et Li­mou­sin (9%) sont loin der­rière. Elle sou­ligne éga­le­ment que les en­tre­prises ne trouvent pas for­cé­ment les pro­fils re­cher­chés en prio­ri­té, se­lon les sta­tis­tiques, comme le montre l’écart entre les pré­vi­sions et les re­cru­te­ments réel­le­ment ef­fec­tués. Si les pro­fils confir­més – mais pas trop – sont plé­bis­ci­tés, leur re­la­tive pé­nu­rie fait que ce sont les cadres dé­bu­tants qui en pro­fitent.

Au fi­nal, ce sont les pro­fils de six à dix ans d’ex­pé­rience (28% des pré­vi­sions de re­cru­te­ment) ou de un à cinq ans d’ex­pé­rience (27%) qui sont les plus re­cher­chés par les en­tre­prises. Bien loin des cadres de plus de seize ans d’ex­pé­rience, qui n’af­fichent qu’un mai­gri­chon 13%... En­des­sous, en­core des dé­bu­tants (17%). Da­nielle San­cier es­time qu’il est né­ces­saire d’être vi­gi­lant par rap­port à cette po­pu­la­tion « se­nio­ri­sée » dès 45 ans et pré­co­nise d’ex­plo­rer d’autres dé­bou­chés qu’un CDI clas­sique : créa­tion ou re­prise d’en­tre­prise, lan­ce­ment d’une ac­ti­vi­té de conseil, temps par­ta­gé…

LES COM­MER­CIAUX TRÈS RE­CHER­CHÉS

Les pro­fils com­mer­ciaux concentrent 21% des pré­vi­sions de re­cru­te­ment de cadres, de­vant les fonc­tions de pro­duc­tion in­dus­trielle et de chan­tier (15%) et les études et R&D (15%). Ex­ploi­ta­tion ter­tiaire et in­for­ma­tique suivent juste der­rière (14 % cha­cune). Les ser­vices (58% des pré­vi­sions de re­cru­te­ment) et l’in­dus­trie (23%) sont les deux grands sec­teurs por­teurs. L’Apec voit dans ces chiffres le signe d’in­ves­tis­se­ments des en­tre­prises dans leur digitalisation et dans le re­nou­vel­le­ment de l’ap­pa­reil de pro­duc­tion.

Da­nielle San­cier prend bien soin de sou­li­gner que ces pers­pec­tives sont sou­mises à plu­sieurs aléas : l’im­pact des élec­tions, pas­sées aux États-Unis et fu­tures en France, ain­si que les consé­quences du Brexit. Elle sou­ligne éga­le­ment un der­nier point de vi­gi­lance : la mé­tro­pole bor­de­laise, très at­trac­tive, qui crée certes de l’em­ploi cadre, « mais pas as­sez pour faire face aux flux mi­gra­toires ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.