Une pres­sion dé­mo­gra­phique IN­TENSE

La pro­blé­ma­tique im­mo­bi­lière est in­dis­so­ciable de l’aug­men­ta­tion de la po­pu­la­tion, qui pèse sur Bor­deaux et toute sa mé­tro­pole.

La Tribune Bordeaux - - DOSSIER BORDEAUX IMMOBILIER - M. L.

«Cer­tains disent que les fa­milles se font chas­ser hors de Bor­deaux, mais la démographie conti­nue de se dé­ve­lop­per et les effectifs sco­laires aug­mentent, avec un mil­lier d’éco­liers sup­plé­men­taires ac­cueillis à la pro­chaine ren­trée », lan­çait Alain Jup­pé en avril der­nier en pré­sen­tant les pro­jets des fu­turs groupes sco­laires. Les chiffres semblent ef­fec­ti­ve­ment don­ner rai­son au maire de Bor­deaux et pré­sident de Bor­deaux Mé­tro­pole. Les der­niers chiffres of­fi­ciels, ceux de l'In­see, datent un peu, certes, puis­qu'il s'agit du re­cen­se­ment de 2014. Mais de­puis, dif­fi­cile de croire que la donne ait beau­coup chan­gé tant Bor­deaux at­tire.

Que disent ces chiffres? Que, por­tée par une hausse dé­mo­gra­phique liée à l'ex­cé­dent mi­gra­toire, la Nou­velle-Aqui­taine a vu sa po­pu­la­tion croître de 170650 ha­bi­tants entre 2009 et 2014. Les 12 dé­par­te­ments qui la com­posent ont tous bé­né­fi­cié de soldes mi­gra­toires po­si­tifs, no­tam­ment ceux qui pro­fitent d'une fa­çade sur l'At­lan­tique : Landes (+1,1 %), Gi­ronde (+0,9%), Cha­rente-Ma­ri­time (+0,8%) et Py­ré­nées-At­lan­tiques (+0,5%). Un quart de la po­pu­la­tion de la Nou­velle-Aqui­taine est ins­tal­lée en Gi­ronde (1526016 ha­bi­tants), dé­par­te­ment qui a cu­mu­lé forts taux de crois­sance mi­gra­toire (+0,9%) et na­tu­relle (+1,2 %).

LE DÉ­FI DE L’EM­PLOI

La po­pu­la­tion de la Gi­ronde a pro­gres­sé de 1,2% entre 2009 et 2014 et celle de la mé­tro­pole bor­de­laise de 8%, at­tei­gnant 760933 ha­bi­tants. 27 des 28 com­munes qui com­posent la mé­tro­pole bor­de­laise ont vu leur po­pu­la­tion aug­men­ter. Bor­deaux a ga­gné, du­rant ce laps de temps, 0,8% d'ha­bi­tants sup­plé­men­taires chaque an­née (250 776 au der­nier re­cen­se­ment). For­cé­ment, cette pres­sion dé­mo­gra­phique n'est pas sans ef­fets dans de nom­breux do­maines, et no­tam­ment sur le tra­fic rou­tier ou la fré­quen­ta­tion des tran­sports en com­mun. Se­lon la star­tup Zip­jet, au­teur d'une étude por­tant sur 150 villes, Bor­deaux dé­croche la palme de la com­mune la moins stres­sante de France. Le clas­se­ment a pro­ba­ble­ment été réa­li­sé par quel­qu'un qui n'a ja­mais em­prun­té la ro­cade bor­de­laise entre 8 et 10 heures… Au-de­là des ques­tions d'in­fra­struc­tures et de gen­tri­fi­ca­tion, l'aug­men­ta­tion de la po­pu­la­tion pose éga­le­ment la ques­tion du tis­su éco­no­mique. Ce der­nier est-il taillé pour faire face à de telles ar­ri­vées de po­pu­la­tion? Pour l'ins­tant, la ré­ponse est plu­tôt né­ga­tive. La mé­tro­pole peut se pré­va­loir d'un solde de créa­tion nette d'em­plois au­tour de 7000 chaque an­née, signe de son dy­na­misme. In­vest in Bor­deaux, l'agence de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique dont la mis­sion est d'ac­com­pa­gner l'im­plan­ta­tion de nou­velles en­tre­prises, traite deux fois plus de dos­siers qu'il y a trois ans. Mais le pa­no­ra­ma éco­no­mique est es­sen­tiel­le­ment com­po­sé de PME et de TPE, et trou­ver du tra­vail est le plus sou­vent ar­du pour les nou­veaux ar­ri­vants. Un chiffre par­mi d'autres : la po­pu­la­tion des cadres croît ré­gu­liè­re­ment à Bor­deaux, + 2% an­nuel­le­ment, deux fois plus que la moyenne na­tio­nale, mais le taux de chô­mage de cette même po­pu­la­tion tourne au­tour de 10,4% alors qu'il est de 8% à Tou­louse ou de 9,7% à Nantes. Si l'em­ploi peine à suivre, le mar­ché im­mo­bi­lier en souf­fri­ra.

Dans le clas­se­ment de la star­tup Zip­jet, Bor­deaux dé­croche la palme de la ville la moins stres­sante de France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.