Les ra­piats de la culture

La Tribune de Lyon - - CHRONIQUES - MA SE­MAINE CULTU­RELLE • LUC HERNANDEZ

Ils sont mar­rants les théâtres pu­blics. Dé­jà qu’ils ont sou­vent le taux de rem­plis­sage le plus faible de tout le spec­tacle vi­vant, cer­tains d’entre eux ( Cé­les­tins, TNG et d’autres…) vou­draient main­te­nant faire payer les jour­na­listes quand ils sont ac­com­pa­gnés. Qu’on se com­prenne bien : il est par­fai­te­ment nor­mal qu’un jour­na­liste vienne tout seul, ou même ne puisse pas ve­nir du tout quand un spec­tacle af­fiche com­plet. Le pro­blème, c’est que c’est ra­re­ment le cas au théâtre, et que cer­taines scènes vou­draient trans­for­mer les ami. e. s ou pe­tit. e. s ami. e. s des jour­na­listes en mé­cènes d’un soir. Preuve de leur mau­vaise san­té fi­nan­cière, en plus de leur peu de sens de l’hos­pi­ta­li­té. Or, je ne vois vrai­ment pas pour­quoi les no­tables du pro­to­cole au­raient droit à une vie conju­gale ou plus si af­fi­ni­tés, et pas les jour­na­listes. Je ne sais pas si on les a pré­ve­nus, mais vu le nombre de jour­na­listes sur­vi­vants au ki­lo­mètre car­ré, ils ne sont pas prêts de ren­flouer leurs caisses… En re­vanche, il risque de n’y avoir vrai­ment plus grand monde pour re­layer leurs spec­tacles les moins cou­rus. Une soi­rée en amou­reux ou entre amis, ça n’a pas de prix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.