Bir­dy Kids ré­veille les murs de Lyon

Les deux fran­gins de Bir­dy Kids ont cha­peau­té une ex­po­si­tion col­lec­tive in­édite d’art ur­bain à Four­vière. Ren­contre avec Guillaume Ma­thieu, graf­feur et fervent dé­fen­seur du street art à Lyon.

La Tribune de Lyon - - SORTIES - C. S.

De graf­feurs à en­tre­pre­neurs

Leurs per­son­nages naïfs aux formes rondes et co­lo­rées sont bien connus des Lyon­nais, de même que leur his­toire. Ha­bi­tués à ré­pondre aux jour­na­listes, les deux fran­gins ont ré­par­ti les rôles : Guillaume, l’aî­né, 34 ans, plu­tôt grande gueule, ré­pond aux ques­tions, pen­dant que Gau­thier, son ca­det de 29 ans, plus ré­ser­vé, bosse sur son or­di­na­teur. Pa­ri­siens d’ori­gine, les deux lous­tics com­mencent le graff « sans rai­son, comme tout le monde » , avant de dé­bar­quer à Lyon en 2004 pour l’un et 2005 pour l’autre. Au gré de leurs ren­contres, ils se lient avec Pec et créent la marque Bir­dy Kids en 2009. Si Pec a dé­ci­dé de quit­ter le col­lec­tif il y a deux ans, Bir­dy Kids de­vient une en­tre­prise comme une autre et les créations passent des murs du pé­riph’ aux murs des sa­lons avec des sé­ri­gra­phies ven­dues es­sen­tiel­le­ment via In­ter­net. « On ne veut pas se faire ra­cket­ter par les ga­le­ries » , ré­sume Guillaume.

In­ter­dit d’écrire sur les murs… lyon­nais

« Tous les bons street ar­tistes lyon­nais se barrent de Lyon . » Comme tous les graf­feurs lo­caux ren­con­trés, les Bir­dy Kids trouvent les po­li­tiques lyon­nais trop fri­leux en ma­tière de street art. Mais à la dif­fé­rence de leurs col­lègues, ils le clament haut et fort. « Le street art est par­tout, dans les pubs, dans les évé­ne­ments, sur les bas­kets… Sauf à Lyon » . Alors pour faire bou­ger les choses, « avec des pe­tits moyens, car on peut faire des choses bien avec peu d’ar­gent » , le duo a inau­gu­ré le Mur 7 en mai, dans le 7e ar­ron­dis­se­ment. Un pan de mur gra­cieu­se­ment mis à dis­po­si­tion par une en­tre­prise, sur le­quel di­vers street ar­tistes in­vi­tés viennent y po­ser leur fresque.

Le col­lec­tif joue les com­mis­saires d’ex­po­si­tion

Lorsque le mu­sée de Four­vière les contacte cet été pour mon­ter une ex­po­si­tion de street art, nos deux com­pères disent ban­co. Mais au lieu de faire une ex­po­si­tion Bir­dy Kids comme la Fon­da­tion de Four­vière le sou­hai­tait, ils optent pour un évé­ne­ment col­lec­tif, in­ti­tu­lé Wat­ching you. « On n’est pas en­core prêts pour une ex­po­si­tion 100 % Bir­dy Kids, sur­tout avec des dé­lais si courts. » Alors, ils consultent leur car­net d’adresses et in­vitent des street ar­tistes lo­caux comme étran­gers. Si Guillaume es­time qu’à Lyon, seules les grosses ma­chines cultu­relles sont consi­dé­rées, il es­père que l’ex­po­si­tion at­ti­re­ra des mil­liers de vi­si­teurs. « Cet évé­ne­ment, ce se­ra notre carte de vi­site. »

« On a te­nu à ce que l’ex­po­si­tion soit gra­tuite, comme les fresques le sont dans la rue » ex­plique Guillaume Ma­thieu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.