Elle en fait voir de toutes les cou­leurs aux faus­saires

La Tribune Hebdomadaire - - ENTREPRISES & INNOVATION - Erick Haehnsen

La lutte contre la contrefaçon ne connaît pas la crise. affiche une crois­sance an­nuelle à deux chiffres grâce à ses ho­lo­grammes de sé­cu­ri­té. Dans un mar­ché es­ti­mé à 1,5 mil­liard d’eu­ros, elle planche au­jourd’hui sur des ap­pli­ca­tions de lutte contre l’uti­li­sa­tion illi­cite de conte­nus nu­mé­riques.

L’an pro­chain, cer­tains pas­se­ports étran­gers se­ront es­tam­pillés d’ho­lo­grammes per­son­na­li­sés em­bar­quant la pho­to de leur dé­ten­teur de ma­nière à rendre les usur­pa­tions d’iden­ti­té en­core plus dif­fi­ciles. Cette in­no­va­tion, bap­ti­sée Ho­lo ID, est si­gnée par une PME fran­çaise, Ho­lo­gram In­dus­tries, spé­cia­li­sée dans l’au­then­ti­fi­ca­tion des billets, pas­se­ports, mé­di­ca­ments et autres ob­jets de va­leur. La contrefaçon ne connais­sant pas la crise, l’en­tre­prise, qui fê­te­ra l’an pro­chain ses 30 ans, affiche une crois­sance an­nuelle à deux chiffres. Avec ses quatre fi­liales ba­sées en Allemagne, aux États-Unis, aux Pays-Bas et en Po­logne, elle en­re­gistre un chiffre d’af­faires de 49 mil­lions d’eu­ros en 2012, après 43,2 mil­lions d’eu­ros en 2011.

« Nous réa­li­sons 90 % de notre chiffre d’af­faires à l’étran­ger » , se fé­li­cite Hugues Sou­pa­ris, fon­da­teur et PDG de l’en­tre­prise. La moi­tié de la pro­duc­tion est ex­pé­diée en Eu­rope de l’Ouest et de l’Est, tan­dis que l’autre moi­tié est ex­por­tée, entre autres, au Brésil, en Chine, en Ma­lai­sie, aux Phi­lip­pines, au Sé­né­gal et aux États-Unis où la so­cié­té fa­brique des vi­gnettes au­to­mo­biles dans le Con­nec­ti­cut. « Notre ac­ti­vi­té se ré­par­tit de la ma­nière sui­vante : 50 % concernent les do­cu­ments d’iden­ti­té, 25 % les vi­gnettes au­to­mo­biles, 15 % les pro­duits de marque et 10 % le fi­du­ciaire » , dé­taille Hugues Sou­pa­ris qui es­time son mar­ché à plus de 1,5 mil­liard d’eu­ros au ni­veau mon­dial. Le prix de ses pro­duits va­rie entre un de­mi-cen­time d’eu­ro pour un ho­lo­gramme des­ti­né à sé­cu­ri­ser un billet de banque, à plus d’un eu­ro pour les fa­meux Ho­lo ID.

Pat­cher les mé­di­ca­ments pour les au­then­ti­fier

Si la France ne re­pré­sente que 10 % de ses ventes, c’est en Île-deF­rance qu’est im­plan­té son prin­ci­pal site de pro­duc­tion. Ins­tal­lée à Bus­sy-Saint-Georges (en Sei­neet-Marne), la PME cer­ti­fiée qua­li­té ISO 9001 y pro­duit 100 mil­lions d’ho­lo­grammes pour les do­cu­ments d’iden­ti­té ain­si que 2 mil­liards de pe­tits « patches » ho­lo­gra­phiques mé­tal­li­sés pour les éti­quettes anti-contrefaçon. Le groupe compte 300 sa­la­riés, dont 30 cher­cheurs à plein temps, spé­cia­li­sés dans les tech­no­lo­gies op­tiques, l’in­for­ma­tique et les sciences des ma­té­riaux et des adhé­sifs.

Le pro­cé­dé phy­si­co-chi­mique qui per­met de fa­bri­quer les Ho­lo ID a été in­ven­té par la fi­liale al­le­mande, ain­si que les ma­chines qui per­son­na­lisent les ho­lo­grammes à une vi­tesse su­pé­rieure à 500 uni­tés par heure. « L’in­ven­tion est pro­té­gée par sept ou huit bre­vets » , sou­ligne Hugues Sou­pa­ris, qui consacre plus de 10 % de son chiffre d’af­faires à la R&D. « Nous sommes en né­go­cia­tion avec un État qui de­vrait mettre en cir­cu­la­tion les pre­miers pas­se­ports Ho­lo ID dès l’an pro­chain » , pré­voit le di­ri­geant, qui est di­plô­mé de l’École su­pé­rieure d’in­gé­nieurs de Mar­seille.

Outre la pro­tec­tion des billets de banque, des pas­se­ports et cartes d’iden­ti­té, Ho­lo­gram In­dus­tries pro­duit aus­si des éti­quettes ho­lo­gra­phiques pour em­pê­cher la contrefaçon des pro­duits des in­dus­tries du luxe, de l’élec­tro­nique ou de la phar­ma­cie. La Ma­lai­sie a d’ailleurs adop­té ses ho­lo­grammes pour contrô­ler l’au­then­ti­ci­té des mé­di­ca­ments en cir­cu­la­tion. Cette an­née, le pays a dé­ci­dé de pas­ser à un stade su­pé­rieur en au­to­ma­ti­sant l’au­then­ti­fi­ca­tion des boîtes phar­ma­ceu­tiques à l’aide d’un smart­phone.

En fla­shant l’éti­quette, le contrô­leur ac­cède à une base de les ho­lo­grammes qu’il doit vé­ri­fier » , pré­cise Hugues Sou­pa­ris.

de fu­turs billets en plas­tique

La­bel­li­sée En­tre­prise in­no­vante par Oséo, Ho­lo­gram In­dus­tries planche sur d’autres ap­pli­ca­tions cou­plant ho­lo­grammes et in­for­ma­tique. Cer­taines de ses fi­liales sont en ef­fet spé­cia­li­sées dans les lo­gi­ciels et les sys­tèmes de ges­tion de ments d’iden­ti­té et de 4 700 billets de banque. Une di­ver­si­fi­ca­tion lo­gique car les billets, pas­se­ports et autres do­cu­ments sen­sibles s’en­ri­chissent d’ef­fets op­tiques qui s’animent ou changent de cou­leurs se­lon la lu­mière. La dif­fi­cul­té étant de conce­voir des ho­lo­grammes fa­ciles à mé­mo­ri­ser pour le cer­veau hu­main. « Ce­la ré­clame de l’in­no­va­tion et de l’er­go­no­mie dans le de­si­gn des ef­fets op­tiques » , confie Hugues Sou­pa­ris.

L’ave­nir plaide d’ailleurs en fa­veur d’ho­lo­grammes tou­jours plus dif­fi­ciles à ré­pli­quer, mais aus­si plus fa­ciles à au­then­ti­fier à l’oeil nu par des uti­li­sa­teurs peu ex­pé­ri­men­tés. À l’ins­tar de ces fu­turs billets en plas­tique qui in­té­gre­ront une fe­nêtre trans­pa­rente dans la­quelle ap­pa­raî­tra un ho­lo­gramme à ef­fets dits trans­mis­sifs. Con­trai­re­ment aux ho­lo­grammes ac­tuels im­pri­més qui se contentent de ré­flé­chir la lu­mière, la nou­velle gé­né­ra­tion ren­fer­me­ra des na­no­struc­tures qui dif­fu­se­ront une in­for­ma­tion vi­suelle dif­fé­rente, à la ma­nière d’un vi­trail.

[Ho­lo­gram In­dus­tries]

Pour li­mi­ter les fraudes, les ho­lo­grammes mul­ti­plient les ef­fets op­tiques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.