La clé du scru­tin dans les mains des sé­na­teurs

La Tribune Hebdomadaire - - L’ÉVÉNEMENT - R.G.

La loi élec­to­rale ita­lienne est ba­sée sur les « coa­li­tions. » Les par­tis se re­groupent en al­liance et ce sont les scores de ces al­liances qui sont pris en compte pour le cal­cul des re­pré­sen­tants. Les 24 et 25 fé­vrier, quatre grandes « coa­li­tions » se fe­ront face : le centre-gauche de Pier Lui­gi Ber­sa­ni, la coa­li­tion pro-Mon­ti, le centre-droit de Sil­vio Ber­lus­co­ni et de la Ligue du nord, et en­fin l’ex­trême gauche re­grou­pée der­rière le ma­gis­trat anti-ma­fia An­to­nio In­groia. Le Mou­ve­ment 5 Étoiles de Beppe Grillo n’a pas for­mé de coa­li­tion. À la chambre des dé­pu­tés, la coa­li­tion ar­ri­vée en tête au ni­veau na­tio­nal rafle la ma­jo- ri­té des sièges, quel que soit son score. Au Sé­nat, en re­vanche, cette prime ma­jo­ri­taire est ac­cor­dée au ni­veau ré­gio­nal. Or, l’Ita­lie est un régime par­fai­te­ment bi­ca­mé­ral, les deux chambres doivent vo­ter les lois et sou­te­nir le gou­ver­ne­ment. L’élec­tion sé­na­to­riale est donc la clé du scru­tin et la re­mon­tée du centre-droit com­plique la donne, car si Sil­vio Ber­lus­co­ni l’em­porte dans des ré­gions comme la Lom­bar­die, la Cam­pa­nie ou la Si­cile, il peut pri­ver le centre-gauche de ma­jo­ri­té. Reste à sa­voir si les sièges de la coa­li­tion de Ma­rio Mon­ti se­ront alors as­sez nom­breux pour per­mettre une al­liance avec le centre-gauche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.