La high-tech fait battre le coeur de la mé­de­cine

TECHMED Avec 10,3 mil­liards d’eu­ros de chi!re d’a!aires, les tech­no­lo­gies mé­di­cales se portent plu­tôt bien. Le sec­teur réunit des PME qui mul­ti­plient les in­no­va­tions en ma­tière de bio­cap­teurs, de bio­ma­té­riaux, de chi­rur­gie mi­niin­va­sive, etc. Et même des r

La Tribune Hebdomadaire - - ENTREPRISES & INNOVATION - ERICK HAEHNSEN

La ré­duc­tion des coûts de san­té ain­si que l’amé­lio­ra­tion de la qua­li­té des soins et du diag­nos­tic consti­tuent un ter­rain fer­tile pour les TechMed (Tech­no­lo­gies mé­di­cales) fran­çaises. Ce sec­teur pèse 10,3 mil­liards d’eu­ros et ras­semble plus d’une cen­taine de PME et TPE dont cer­taines se po­si­tionnent sur des tech­no­lo­gies de rup­ture. C’est le cas par exemple de Fluop­tics (ima­ge­rie de fluo­res­cence pour la chi­rur­gie des can­cers) ou en­core de LL­tech Ma­na­ge­ment (ap­pa­reils d’ima­ge­rie pour des biop­sies op­tiques en temps réel).

Ces ac­teurs se dé­ve­loppent en nouant des par­te­na­riats avec le monde de la re­cherche et des hô­pi­taux et en se fo­ca­li­sant sur des niches thé­ra­peu­tiques pro­met­teuses. Comme la biop­sie élec­tro­nique, la pal­pa­tion vir­tuelle ou en­core l’assistance au geste mé­di­cal. Ces tech­no­lo­gies liées à l’ima­ge­rie mé­di­cale bé­né­fi­cient du sou­tien fi­nan­cier du pro­gramme Tec­san (Tech­no­lo­gies pour la san­té et l’au­to­no­mie) me­né par l’Agence na­tio­nale de la re­cherche (ANR) – la­quelle fi­nance aus­si des pro­jets dans les do­maines de l’ins­tru­men­ta­tion, des bio­cap­teurs, des bio­ma­té­riaux, de l’ingénierie tis­su­laire et des dis­po­si­tifs mé­di­caux. En plein dé­ve­lop­pe­ment, l’ima­ge­rie mé­di­cale pro­fite en e"et plei­ne­ment de l’es­sor de la chi­rur­gie mi­ni-in­va­sive. Celle-ci consiste, faut-il le rap­pe­ler, à pra­ti­quer de pe­tites in­ci­sions ou à pas­ser par les voies na­tu­relles afin d’y in­tro­duire des guides, des ca­thé­ters, des stents ou des en­do­scopes – à sa­voir des tubes équi­pés de ca­mé­ras vi­déos, d’ins­tru­ments chi­rur­gi­caux ou des dis­po­si­tifs im­plan­tables.

« En chi­rur­gie vas­cu­laire, les trai­te­ments mi­ni-in­va­sifs sont de plus en plus uti­li­sés car ils sont moins trau­ma­ti­sants et ré­duisent les du­rées d’hos­pi­ta­li­sa­tion » , ob­serve Ce­mil Gök­su, pré­sident de The­ren­va, un édi­teur spécialisé dans des lo­gi­ciels de pla­ni­fi­ca­tion des gestes chi­rur­gi­caux pour les opé­ra­tions car­dio­vas­cu­laires.

Créée en 2007, cette start-up ren­naise is­sue de l’In­serm et de l’Université de Rennes a dé­ve­lop­pé le lo­gi­ciel « En­doSize » qui aide les pra­ti­ciens à pré­pa­rer leurs in­ter­ven­tions en­do­vas­cu­laires en choi­sis­sant no­tam­ment l’im­plant op­ti­mal. Il uti­lise pour ce­la des images scan­ner du pa­tient avec les­quelles se­ra pla­ni­fiée l’in­ter­ven­tion en 3D. Le lo­gi­ciel dis­pose d’une ver­sion qui per­met aux pra­ti­ciens d’être gui­dés du­rant la pose d’im­plants, et ce, en fu­sion­nant les images pré­opé­ra­toires (avant l’opération donc) avec celles four­nies en temps réel par l’ima­ge­rie à rayons X per-opé­ra­toire (pen­dant l’opération). « À l’ins­tar de la réa­li­té aug­men­tée, ces dif­fé­rentes sources se su­per­posent en temps réel à l’écran de ma­nière à don­ner une in­for­ma­tion plus riche au chi­rur­gien du­rant l’in­ter­ven­tion » , ex­plique le di­ri­geant.

DE GRANDS ES­POIRS POUR LA CHI­RUR­GIE DES CAN­CERS

L’assistance au geste chi­rur­gi­cal in­té­resse po­ten­tiel­le­ment toutes les autres dis­ci­plines, comme en té­moigne Med­tech (1,1 mil­lion d’eu­ros de chi"re d’a"aires pour 2010) avec son ro­bot « Ro­sa » dé­dié à la chi­rur­gie crâ­nienne.

Ins­tal­lée près de Mont­pel­lier, l’en­tre­prise a ven­du de­puis 2009 une ving­taine de robots d’assistance au geste mé­di­cal dans le monde dont huit en France pour un mon­tant i ndi­ca­ti f de 500#000 eu­ros l’uni­té. Ces « as­sis­tants » aident le chi­rur­gien à pla­ni­fier l’opération avec des images pré­opé­ra­toires, puis à exé­cu­ter l’in­ter­ven­tion, no­tam­ment en po­si­tion­nant et en ma­ni­pu­lant les ins­tru­ments chi­rur­gi­caux qui sont sous son contrôle. « Ro­sa s’adresse à la chi­rur­gie du cer­veau, la pose de pro­thèses ou en­core l’enlèvement de tu­meurs » , pré­cise Fer­nand Ba­da­no, le di­ri­geant de Med­tech qui a le­vé 6 mil­lions

[THE­REN­VA]

Le lo­gi­ciel « En­doSize » de The­ren­va as­siste les chi­rur­giens dans la pré­pa­ra­tion des in­ter­ven­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.