M.-C. CAPOBIANCO, BNP PA­RI­BAS L’EN­TRE­PRE­NEU­RIAT AU FÉ­MI­NIN

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE -

MA­RIE-CLAIRE CAPOBIANCO - La mis­sion pre­mière de la banque est de fa­vo­ri­ser la crois­sance et l’éco­no­mie. C’est notre mé­tier et notre responsabilité. À ce titre, nous ac­com­pa­gnons tous les en­tre­pre­neurs mais nous fai­sons aus­si des fo­cus sur cer­taines ty­po­lo­gies et c’est pré­ci­sé­ment le cas de l’en­tre­pre­neu­riat fé­mi­nin parce qu’il n’a pas la place qu’il de­vrait avoir. Cette trop faible re­pré­sen­ta­tion prive notre pays d’une source de crois­sance. Cer­taines études de l’OCDE chiffrent ce po­ten­tiel in­ex­ploi­té à 0,4% par an. Au-de­là, il est aus­si ques­tion de la place des femmes dans la so­cié­té, su­jet au­quel je suis na­tu­rel­le­ment sen­sible. D’abord, il faut sa­voir connec­ter les femmes en­tre­pre­neures avec les bons ac­teurs. Pour ce­la, il est né­ces­saire d’avoir des char­gés d’af­faires sen­sibles à ce su­jet qui puissent créer les bonnes connexions. C’est pour­quoi nous avons for­mé une cen­taine de ré­fé­rents en­tre­pre­neu­riat fé­mi­nin ré­par­tis en France pour ai­der les femmes en­tre­pre­neures à dé­ve­lop­per et in­té­grer des ré­seaux d’ap­por­teurs d’af­faires et de par­te­naires. L’ob­jec­tif est de les mettre en phase avec l’éco­sys­tème dont elles ont be­soin car on est plus fort quand on conjugue des ex­per­tises mul­tiples. Le qua­trième grand bloc du pro­gramme cor­res­pond au con­seil et à la pro­po­si­tion des so­lu­tions de fi­nan­ce­ment les mieux adap­tées à chaque en­tre­prise. Nous pou­vons, par exemple, leur par­ler du Fonds de ga­ran­tie à l’ini­tia­tive des femmes, qui est par­ti­cu­liè­re­ment mal connu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.