VALEO POUR­QUOI LES MAR­CHÉS SONT SI CALMES

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE -

Dé­con­ve­nue boursière pour Valeo. Le titre de l’équi­pe­men­tier au­to­mo­bile a ter­mi­né la séance du mar­di 28 fé­vrier sur un re­trait de 0,31 %. Trois fois rien pour un titre qui a pro­gres­sé de 11,2 % en trois mois, de 38 % en un an et de 335 % de­puis cinq ans… Il n’em­pêche que la dé­cep­tion était bien pré­sente chez Valeo, qui pré­sen­tait alors un im­por­tant re­lè­ve­ment des ob­jec­tifs de son am­bi­tieux plan stra­té­gique, lan­cé en mars 2015 et à ho­ri­zon 2020. Le groupe ajoute au­jourd’hui une an­née sup­plé­men­taire à son plan et vise 27 mil­liards d’eu­ros de chiffre d’af­faires, contre 20 mil­liards vi­sés ini­tia­le­ment. Pour rap­pel, Valeo a en­re­gis­tré en 2016 un chiffre d’af­faires de 16,5 mil­liards d’eu­ros (et de 9,6 mil­liards en 2010). Il s’agit donc d’une crois­sance moyenne de 10% par an pour les quatre pro­chaines an­nées. Pour le PDG, Jacques Aschen­broich, le ­mar­ché est plus fort que ce qu’il at­ten­dait. À La Tri­bune, Ch­ris­tophe Pé­rillat-Pi­ra­toine, le nu­mé­ro deux de la so­cié­té, ex­plique que Valeo est « très bien pla­cé sur les trois ré­vo­lu­tions qui ont ac­tuel­le­ment cours dans le monde de l’au­to­mo­bile : les nou­velles mo­bi­li­tés, la voi­ture au­to­nome et l’élec­tri­fi­ca­tion ». À ce­la, il faut ajou­ter les ac­qui­si­tions, qui cor­res­pondent à 2 mil­liards du sur­plus de crois­sance : « La crois­sance or­ga­nique du chiffre d’af­faires est im­pres­sion­nante (...), elle su­per­forme le mar­ché, mais éga­le­ment l’en­semble des autres équi­pe­men­tiers », confie un ana­lyste spé­cia­li­sé dans le sec­teur au­to­mo­bile. Cette crois­sance est si im­pres­sion­nante que les cadres de Valeo ont ten­té de ras­su­rer sur le risque d’em­bal­le­ment. « Il y a un en­jeu à maî­tri­ser notre crois­sance », confie Ch­ris­tophe Pé­rillat-Pi­ra­toine. Pen­dant sa jour­née dé­diée aux in­ves­tis­seurs, Valeo a pas­sé le plus clair de son temps à faire la dé­mons­tra­tion, comme il y a deux ans, que son ob­ses­sion res­tait la crois­sance ren­table. Nou­veaux mar­chés pour les vo­lumes, comme l’Inde qui « se­ra bien­tôt la Chine d’hier », mais éga­le­ment la pour­suite de l’in­no­va­tion avec un bud­get R&D qui va pas­ser à 6 % du chiffre d’af­faires, pour la ren­ta­bi­li­té. Et pour les scep­tiques, un sho­wroom très pri­vé (té­lé­phones por­tables et ap­pa­reils pho­to in­ter­dits) ex­po­sait les tout nou­veaux pro­duits ima­gi­nés par les in­gé­nieurs de Valeo. « L’in­no­va­tion est le fon­de­ment de notre mo­dèle de crois­sance ren­table », a rap­pe­lé Ro­bert Char­vier, le di­rec­teur fi­nan­cier de l’en­tre­prise, de­vant un par­terre d’ana­lystes et de gé­rants de ­por­te­feuille. Mais le mar­ché s’est mon­tré as­sez stoïque. « Il n’y a pas de gros écarts entre les at­tentes des ana­lystes et les ob­jec­tifs an­non­cés par le nou­veau plan de Valeo », ex­plique un ana­lyste au­to­mo­bile. D’autres ex­perts ren­con­trés sur place ont éga­le­ment fait mine

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.