PA­RIS CONQUIS PAR LES VÉ­LOS CHI­NOIS EN LIBRE-SER­VICE

Im­por­tés de Chine, les vé­los en libre-ser­vice et sans borne de­vraient dé­fer­ler en France d’ici à la fin de l’an­née. Ils sont pré­sen­tés comme plus pra­tiques pour les uti­li­sa­teurs et gra­tuits pour les col­lec­ti­vi­tés. Le dé­fi : li­mi­ter le sta­tion­ne­ment anarch

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - ANAÏS CHE­RIF @Anais_C­he­rif

L’an­née 2018 s’an­nonce comme celle du free floa­ting – ces vé­los en libre-ser­vice sans borne. Ce concept, ve­nu de Chine, a en­gen­dré un pe­lo­ton de star­tups, prêtes à s’ins­tal­ler en France d’ici à la fin de l’an­née. Par­mi elles, Ofo, le lea­der mon­dial. Lan­cée en 2014 par deux étu­diants, la li­corne pé­ki­noise est pré­sente dans 15 pays et 180 villes, avec une flotte mon­diale de 10 mil­lions de vé­los. Ofo sou­haite pour­suivre son dé­ve­lop­pe­ment in­ter­na­tio­nal grâce à une le­vée de fonds de 700 mil­lions de dol­lars réa­li­sée en juillet der­nier lors de son cin­quième tour de fi­nan­ce­ment, no­tam­ment au­près du géant chi­nois de l’e-com­merce Ali­ba­ba et du « Uber chi­nois », Di­di. Leurs vé­los jaune pous­sin doivent faire leur ap­pa­ri­tion dans l’Hexa­gone du­rant les pro­chains mois dans au moins « cinq villes ma­jeures », avance Laurent Ken­nel, di­ri­geant France d’Ofo. « La France est un mar­ché im­por­tant pour nous, af­firme-t-il. En­vi­ron 4 % des dé­pla­ce­ments quo­ti­diens à Pa­ris se font à vé­lo, alors que la mai­rie a fixé un ob­jec­tif de 15 % en 2020. Et cer­tains de nos voi­sins eu­ro­péens sont dé­jà grim­pés à 25 %. » Comme toutes les star­tups du sec­teur, Ofo pro­pose de louer des vé­los en libre-ser­vice et sans borne – contrai­re­ment aux quelque 20000 Vé­lib’ pa­ri­siens. Pour les col­lec­ti­vi­tés, « l’offre est gra­tuite et ne né­ces­site ni tra­vaux ni in­ves­tis­se­ment » – alors que la Ville de Pa­ris re­nou­velle ac­tuel­le­ment les sta­tions JCDe­caux pour les rem­pla­cer par les bornes de la so­cié­té Smoove. Pour les uti­li­sa­teurs, ce­la évite de tour­ner en rond pour trou­ver une borne libre afin d’y ga­rer son vé­lo. PLUS LÉ­GERS... ET PLUS NOM­BREUX Concrè­te­ment, l’ap­pli­ca­tion per­met de géo­lo­ca­li­ser les vé­los, sta­tion­nés dans des em­pla­ce­ments tra­di­tion­nels et ver­rouillés grâce à un ca­de­nas sur la roue ar­rière. L’uti­li­sa­teur doit en­suite scan­ner un QR code avec son smart­phone sur le ca­de­nas afin de le dé­ver­rouiller, per­met­tant ain­si de lan­cer la fac­tu­ra­tion. Le ser­vice ne pro­pose pas d’abon­ne­ment. Si Ofo dit ne pas avoir fixé les prix dé­fi­ni­tifs pour la France, la de­mi-heure de­vrait coû­ter 50 cen­times d’eu­ro. Un ta­rif si­mi­laire à ceux de ses concur­rents, comme l’en­tre­prise hong­kon­gaise Go­bee.bike qui s’est lan­cée à Pa­ris mi-oc­tobre. Pour se dé­mar­quer, Ofo mise sur la lé­gè­re­té de son vé­lo (15 ki­los contre une moyenne de 20 ki­los pour les concur­rents). Mais sur­tout, sur « son avan­tage concur­ren­tiel au ni­veau des coûts » et « une bonne den­si­té de vé­los ». Ofo a pour ha­bi­tude de dé­bar­quer en ville avec des mil­liers de vé­los, quand les star­tups du sec­teur partent à la conquête de nou­veaux mar­chés avec quelques cen­taines de vé­los. C’est le cas d’oBike, qui va pro­po­ser ses vé­los gris sur Pa­ris d’ici à la fin de l’an­née. Créée en 2016 à Sin­ga­pour, la star­tup com­men­ce­ra avec 300 vé­los dans la ca­pi­tale. Dé­jà pré­sente dans 13 pays et 30 villes, oBike veut s’im­plan­ter à terme dans « toutes les grandes villes fran­çaises », as­sure Amber Huang, di­rec­trice des opé­ra­tions chez oBike. UN FRAN­ÇAIS AUS­SI Face à la concur­rence asia­tique, In­di­go Weel veut mettre en avant le « made in France ». « Nous sommes les seuls ac­teurs fran­çais », fai­ton va­loir du cô­té de la fi­liale du groupe In­di­go (ex-Vin­ci Park). En­vi­ron 500 vé­los blanc et vio­let se dé­ploie­ront à Metz, leur pre­mière im­plan­ta­tion, cou­rant dé­cembre. Leur cible: les ag­glo­mé­ra­tions de 300000 ha­bi­tants, où « il y a une place à prendre » face aux grandes villes fran­çaises at­ti­rant les star­tups asia­tiques. In­di­go sou­haite aus­si ne pas concur­ren­cer les nou­veaux Vé­lib’ de Smoove, ga­gnant de l’ap­pel d’offres de la mai­rie de Pa­ris, dont il est ac­tion­naire ma­jo­ri­taire. L’en­tre­prise veut mi­ser sur sa « connais­sance des villes avec un ré­seau de par­kings dans en­vi­ron 200 villes fran­çaises ». À terme, elle sou­haite éta­blir un sys­tème de fac­tu­ra­tion com­mun pour ses par­kings et ses parcs de vé­los. En l’ab­sence de bornes, le dé­fi se­ra de li­mi­ter le sta­tion­ne­ment anar­chique des vé­los, phé­no­mène connu en Chine. Cer­taines star­tups en­vi­sagent donc de tou­cher aux porte-mon­naie des uti­li­sa­teurs, avec un sys­tème de bo­nus-ma­lus. Un moyen per­met­tant aus­si de lut­ter contre le van­da­lisme, alors qu’en­vi­ron 8000 Vé­lib’ sont vo­lés ou dé­truits par an.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.