LA RÉ­VO­LU­TION MO­BI­LI­TY-AS-A-SER­VICE

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITO - PAR PHI­LIPPE MABILLE DI­REC­TEUR DE LA RÉ­DAC­TION @phma­bille

La ré­vo­lu­tion MaaS, Mo­bi­li­ty-as-a-ser­vice, est en marche et elle va chan­ger à ja­mais le vi­sage de nos mé­tro­poles. L’idée de la mo­bi­li­té en tant que ser­vice, est simple : en ville, je n’ai pas be­soin de pos­sé­der une voi­ture, im­mo­bile 95% du temps, mais de réa­li­ser un tra­jet. Uber et Bla­bla­car, sont les pion­niers de ce chan­ge­ment de ci­vi­li­sa­tion, tout comme, à Pa­ris, Ve­lib et Au­to­lib. L’ex­plo­sion du nombre des scoo­ters élec­triques et des vé­los en libre-ser­vice montre que la de­mande est là pour du­rer. Même si le mo­dèle éco­no­mique est en­core loin d’être ren­table, le sec­teur des Mo­bi­techs, oc­cupe ain­si une my­riade de star­tup mais aus­si de grands groupes, qui, de Va­leo à Mi­che­lin en pas­sant par les construc­teurs au­to ou les trans­por­teurs, RATP, SNCF, Trans­dev, tra­vaillent sur des so­lu­tions de mo­bi­li­tés in­tel­li­gentes. Co­voi­tu­rage do­mi­cile-tra­vail, lo­gis­tique du der­nier ki­lo­mètre, voi­ture connec­tée et au­to­nome : les pro­jets pul­lulent et sti­mulent l’in­no­va­tion. L’his­toire s’ac­cé­lère et ce­la va être pour l’in­dus­trie au­to­mo­bile une ré­vo­lu­tion ci­vi­li­sa­tion­nelle. Des villes comme Sin­ga­pour, Os­lo ou Hel­sin­ki en­vi­sagent dé­jà de ban­nir la voi­ture in­di­vi­duelle; Londres vient de dou­bler le ta­rif de son péage ur­bain pour les vé­hi­cules pol­luants. Anne Hidalgo s’y re­fuse en­core, mais la piste d’un péage dans Pa­ris a été évo­quée au sa­lon @uto­no­my par Jean-Louis Mis­si­ka, l’ad­joint à l’ur­ba­nisme. Et on sait que d’ici 2030, seuls les vé­hi­cules à mo­teur élec­triques (ou élec­tri­fiés ?) se­raient au­to­ri­sés à cir­cu­ler dans la ca­pi­tale. Les grands construc­teurs au­to ne s’y trompent pas. Les plus lu­cides an­ti­cipent un ef­fon­dre­ment des ventes de voi­tures in­di­vi­duelles et cherchent à s’adap­ter en pro­po­sant de nou­veaux ser­vices de mo­bi­li­té, par exemple en de­ve­nant loueurs de flottes de voi­tures en ac­cès par­ta­gé. Le rêve d’une ville sans voi­tures in­di­vi­duelles, sans bou­chons, où tout un cha­cun, d’un « clic », pour­ra choi­sir à tout mo­ment un mode de trans­port, pu­blic ou pri­vé, en fonction de ses be­soins réels, n’est peut-être pas si uto­pique. Une ville où l’on pour­ra payer ses dé­pla­ce­ments au ki­lo­mètre par­cou­ru, en fonction du ni­veau de pol­lu­tion gé­né­ré. Reste un dan­ger et un dé­fi. Le dan­ger, ce se­rait que la smart ci­ty s’en­ferme dans une vi­sion au­tar­cique, au risque d’une op­po­si­tion entre riches ha­bi­tants du centre et pauvres as­si­gnés à ré­si­dence en ban­lieue. La po­li­tique me­née de­puis la fer­me­ture des voies sur berges par Anne Hidalgo a contri­bué à en­tre­te­nir ce dis­cours, ce­lui d’une po­li­tique au­to­cen­trée sur les ha­bi­tants de Pa­ris, qui sont ses élec­teurs, sourde aux souf­frances de ceux qui doivent chaque jour su­bir le stress de la tra­ver­sée de la ca­pi­tale. La gou­ver­nance de la ville à l’échelle des ter­ri­toires qui l’en­tourent de­vient un en­jeu po­li­tique ma­jeur. Y-au­ra-t-il un jour un(e) maire du Grand Pa­ris, comme c’est dé­jà le cas pour le Grand Londres. Le dé­fi, c’est ce­lui de la ré­gu­la­tion de ces nou­velles mo­bi­li­tés : com­ment pré­pa­rer une ville comme Pa­ris à l’ar­ri­vée mas­sive des voi­tures élec­triques (bornes de re­charge) et sur­tout au­to­nomes ? Quels amé­na­ge­ments an­ti­ci­per en ma­tière de voi­rie et de code de la route? Va-t-on vers la fin des feux rouge (un test est pré­vu dans la ca­pi­tale)? Tout ce­la mé­rite d’être re­pen­sé et sur­tout concer­té à l’échelle non pas seule­ment de la ca­pi­tale, mais de toute la ré­gion Île-de-France. Ce n’est pas de­main la veille que l’au­to cé­de­ra la place, parce qu’elle de­meure le seul moyen pour tout un cha­cun de se dé­pla­cer li­bre­ment, ce qui reste un des fon­de­ments de notre ci­vi­li­sa­tion. Et pour­tant, com­ment ne pas voir que les évo­lu­tions en cours vont dans le sens d’une éli­mi­na­tion pro­gres­sive de la voi­ture in­di­vi­duelle ? De la fer­me­ture des voies sur berges à la créa­tion de mil­liers de ki­lo­mètres de voies cy­clables, la maire de Pa­ris af­fiche clai­re­ment sa vo­lon­té : pas­ser de l’ère de l’« autosolisme » (une per­sonne ef­fec­tuant seule un tra­jet dans son vé­hi­cule : à Pa­ris, c’est dans 8 cas sur 10 un homme, cadre su­pé­rieur, tou­jours pres­sé !) à celle de la mul­ti­mo­da­li­té (com­bi­ner plu­sieurs modes de tran­sports). Pour Pa­ris, avec en ligne de mire les JO 2024, comme pour toutes les grandes villes du monde, ce se­ra le chan­tier du siècle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.