Axa et la Banque mon­diale contre les éner­gies fos­siles

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITO -

No new coal! », pas de nou­veau char­bon: lorsque Tho­mas Bu­berl, le pa­tron d’Axa, a an­non­cé le 12 dé­cembre les nou­veaux en­ga­ge­ments de l’as­su­reur fran­çais contre le chan­ge­ment cli­ma­tique, lors d’une table ronde avec le mi­nistre Bru­no Le Maire au One Pla­net Summit, des ap­plau­dis­se­ments nour­ris ont fu­sé dans cet au­di­to­rium pour­tant sa­ge­ment at­ten­tif. En 2015, son pré­dé­ces­seur, Hen­ri de Cas­tries, avait pro­non­cé une for­mule qui fit date : « Un monde à 4 de­grés de plus n’est pas as­su­rable » et pris de pre­mières ini­tia­tives en fa­veur du cli­mat. Deux ans plus tard, Tho­mas Bu­berl va un cran net­te­ment plus loin: Axa va qua­dru­pler ses in­ves­tis­se­ments verts (éner­gies re­nou­ve­lables), de 3 mil­liards (dé­jà réa­li­sés) à 12 mil­liards d’eu­ros d’ici à 2020 (l’équi­valent de 2 % de ses ac­tifs pour compte propre), « soit deux fois plus que la re­com­man­da­tion de Ch­ris­tia­na Fi­gueres [la prin­ci­pale né­go­cia­trice de la COP21] », a sou­li­gné Tho­mas Bu­berl. Le pre­mier as­su­reur mon­dial (en termes d’ac­tifs non ban­caires) va aus­si mul­ti­plier par cinq ses en­ga­ge­ments de dés­in­ves­tis­se­ments dans les éner­gies fos­siles, de 500 mil­lions à 2,4 mil­liards d’eu­ros, en ex­cluant dé­sor­mais les en­tre­prises réa­li­sant plus de 30 % de leur chiffre d’af­faires dans le char­bon (contre 50 % au­pa­ra­vant), et 700 mil­lions d’eu­ros de plus en ces­sant d’in­ves­tir dans l’in­dus­trie des sables bi­tu­mi­neux. Il in­dique aus­si qu’il n’as­su­re­ra « plus au­cun pro­jet de construc­tion de cen­trale à char­bon ni d’en­tre­prise d’ex­trac­tion de sables bi­tu­mi­neux et de pi­pe­lines as­so­ciés ». « Axa va beau­coup plus loin que les autres in­ves­tis­seurs in­ter­na­tio­naux, tels que le fonds de pen­sion du gou­ver­ne­ment nor­vé­gien et Al­lianz », a ré­agi Hef­fa Schü­cking, la di­rec­trice de l’ONG Ur­ge­wald. « En fai­sant le choix de dés­in­ves­tir de RWE, ou d’en­tre­prises énormes et di­ver­si­fiées comme Ma­ru­be­ni, l’un des plus im­por­tants dé­ve­lop­peurs de cen­trales à char­bon, ou Glen­core, le hui­tième pro­duc­teur de char­bon au monde, Axa se po­si­tionne comme un vé­ri­table lea­der. On re­trouve ces en­tre­prises dans les por­te­feuilles de qua­si­ment tous les grands in­ves­tis­seurs », a-t‑elle sou­li­gné. Axa peau­fine son image de meilleur élève de la classe cli­mat: Tho­mas Bu­berl a fait va­loir que l’as­su­reur s’est en­ga­gé en tant que contri­bu­teur clé du groupe de tra­vail sur le re­por­ting fi­nan­cier des risques liés au cli­mat (Task Force on Cli­mate-re­la­ted Fi­nan­cial Dis­clo­sures, TCFD), et son di­rec­teur de la ré­gu­la­tion, de la res­pon­sa­bi­li­té d’en­tre­prise et de la pros­pec­tive, Ch­ris­tian Thi­mann, pré­side le groupe d’ex­perts à haut ni­veau sur la fi­nance du­rable (HLEG), qui re­met­tra son rap­port en jan­vier à la Com­mis­sion eu­ro­péenne. « Nous al­lons mettre en oeuvre les re­com­man­da­tions du TCFD. Nous vou­lons mon­trer que nous sommes à l’avant-garde et nous at­ten­dons des concur­rents qu’ils fassent la même chose pour que nous puis­sions être com­pa­rés », a mis au dé­fi Tho­mas Bu­berl.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.