Dis­pa­ri­tion de Louis Ni­col­lin

La Tribune Languedoc-Roussillon - - News En Bref -

Dans les pou­belles, on est des gens simples », avait-il cou­tume de dire. Ce qui ne l’avait guère em­pê­ché, après avoir re­pris en 1977 la so­cié­té de net­toie­ment ur­bain créée par son père en ré­gion lyon­naise, d’en faire un des rares exemples D’ETI ba­sée dans l’ex-lan­gue­doc-rous­sillon. Sous sa fé­rule, et aux cô­tés de ses fils Oli­vier (46 ans) et Laurent (43 ans), le groupe Ni­col­lin est de­ve­nu, face aux géants Si­ta, Suez ou Veo­lia, un poids lourd du sec­teur, pe­sant 300 M€ de chiffres d’af­faires et em­ployant 5 000 ETP. Pas­sion­né de sport (il pos­sé­dait la plus grande col­lec­tion de maillots spor­tifs d’eu­rope), Louis Ni­col­lin avait ra­che­té le club du Mont­pel­lier la Paillade Sport Club Lit­to­ral en 1974, qui est de­ve­nu le Mont­pel­lier Hé­rault Sport Club (MHSC) en 1989. Par­mi ses hauts faits d’arme, le club de « la Paillade » a rem­por­té la Coupe de France en 1990 et le titre de cham­pion de France de Ligue 1, en 2012, au nez et à la barbe du PSG.

L’AVE­NIR DU MHSC

Après la dis­pa­ri­tion de leur père, Oli­vier Ni­col­lin a pris la tête du groupe, tan­dis que Laurent a en­dos­sé la pré­si­dence du MHSC (et reste DG du groupe fa­mi­lial). « Quand on ma­nage au­jourd’hui, il faut être ir­ré­pro­chable dans la ges­tion, mais aus­si sa­voir ta­per du poing sur la table », in­di­quait-il à Ob­jec­tif Lan­gue­doc-rous­sillon alors qu’il en était en­core le pré­sident dé­lé­gué. Outre la conduite du club évo­luant en Ligue 1, Laurent Ni­col­lin de­vra gé­rer le dos­sier du fu­tur stade de foot­ball de Mont­pel­lier. Le pro­jet, pré­sen­té en no­vembre 2016 par le maire Phi­lippe Sau­rel et Louis Ni­col­lin, im­pli­que­ra un in­ves­tis­se­ment glo­bal de 120 M€, aides pu­bliques in­cluses. Le stade, qui se­ra construit dans le quar­tier Odys­seum, af­fi­che­ra une ca­pa­ci­té de 25 000 places, ex­ten­sible à 30 000. Af­fec­té par la dis­pa­ri­tion de ce­lui qu’il a nom­mé « l’une des fi­gures par­mi les plus mar­quantes de l’his­toire contem­po­raine de Mont­pel­lier », Phi­lippe Sau­rel a pro­po­sé de bap­ti­ser ce stade « Louis Ni­col­lin ». Notre rédaction, quant à elle, avait fait le choix de lui at­tri­buer son prix Coup de coeur lors des Grands Prix Ob­jec­tif 2012. Elle adresse ses plus sin­cères condo­léances à Co­lette, Oli­vier et Laurent Ni­col­lin, et à leurs proches.

Louis Ni­col­lin, pré­sident du groupe épo­nyme, est dé­cé­dé des suites d’un ma­laise car­diaque sur­ve­nu à Nîmes (30) le 29 juin, le jour de ses 74 ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.