À Mont­pel­lier, une Agence Ré­gio­nale de San­té « made in » Tou­louse

La Tribune Languedoc-Roussillon - - À La Une Toulouse / Montpellier -

Àpre­mière vue, de­puis Mont­pel­lier, le sec­teur de la san­té sortait plu­tôt ga­gnant du pro­ces­sus de fu­sion des ré­gions puisque l’ex-ca­pi­tale lan­gue­do­cienne avait été choi­sie par l’état pour hé­ber­ger le siège de l’agence Ré­gio­nale de San­té (ARS) Oc­ci­ta­nie. Mais les choses au­raient été trop simples si elles s’étaient ar­rê­tées à ce stade. « Nous avions vé­cu comme une vic­toire l’im­plan­ta­tion du siège de L’ARS à Mont­pel­lier, re­con­naît Pas­cal De­lu­bac, le pré­sident de la Fé­dé­ra­tion de l’hos­pi­ta­li­sa­tion pri­vée du Lan­gue­doc-rous­sillon (FHP LR). Mais fi­na­le­ment, on ob­serve que le siège est ré­par­ti sur deux sites, avec le mé­di­co-so­cial gé­ré de­puis Tou­louse et le sa­ni­taire de­puis Mont­pel­lier. » Un constat qui se vé­ri­fie en in­terne. « Ce glis­se­ment a été consta­té, confie un re­pré­sen­tant syn­di­cal de l’agence. Et ce­la pose un cer­tain nombre de dif­fi­cul­tés car ce­la ne fa­vo­rise pas une po­li­tique in­té­gra­tive et pose la ques­tion du main­tien du lien de proxi­mi­té avec les pro­fes­sion­nels. Pour une or­ga­ni­sa­tion qui est bien in­té­grée à un ré­seau de san­té, il n’y a pas trop de sou­ci. Par contre, la pe­tite struc­ture qui se trouve au fin fond du Gard, loin de Tou­louse, se­ra ou­bliée. » Jus­te­ment, le su­jet des ré­seaux de san­té est un autre point qui fâche. « Le vrai su­jet est l’im­plan­ta­tion des ré­seaux et leur gou­ver­nance, com­mente Pas­cal De­lu­bac. On res­sent que le lea­der­ship est pris par l’ex-mi­di-py­ré­nées, que ce soit en termes de lo­ca­li­sa­tion des sièges que de res­pon­sa­bi­li­tés. » Il évoque no­tam­ment le ré­seau e-san­té et ce­lui bap­ti­sé On­co qui as­sure la co­or­di­na­tion des soins en can­cé­ro­lo­gie. Ce der­nier était com­po­sé de dix-huit sa­la­riés cô­té ex-mp et de trois sa­la­riés en ex-lr. Ré­sul­tat : « La fu­sion se fait de Mont­pel­lier vers Tou­louse car il est plus fa­cile de dé­pla­cer une pe­tite struc­ture vers une grosse plu­tôt que l’in­verse ». Et ce, sous la hou­lette de Éric Bau­vin, mé­de­cin co­or­di­na­teur du ré­seau On­co de MP. Pour le re­pré­sen­tant pro­fes­sion­nel, cet exemple ré­vèle l’une des sources des dif­fi­cul­tés ac­tuelles : « Les po­li­tiques de san­té très dif­fé­rentes mises en place par les ARS sur les deux an­ciens ter­ri­toires ». Cô­té ex-mp, « L’ARS at­tri­buait une en­ve­loppe im­por­tante aux ré­seaux de co­or­di­na­tion, confie un ac­teur de la fi­lière. Ré­sul­tat, ces ré­seaux sont plus im­po­sants que ceux de l’ex-lr où L’ARS fai­sait d’autres choix po­li­tiques. Nous payons les consé­quences des dif­fé­rences d’ar­bi­trages entre les ARS des deux exré­gions. Au­jourd’hui, le sec­teur pri­vé qui est fort sur l’ex-lr se trouve désa­van­ta­gé ».

PERTE D’IN­FLUENCE

Pour Max Pon­seillé, le P-dg du groupe mont­pel­lié­rain Oc San­té, « l’agence a plu­tôt ten­dance à pour­suivre ce qu’elle a fait du cô­té Mi­di-py­ré­nées plu­tôt que de re­pen­ser les dis­po­si­tifs ». Et pour cause, la di­rec­tion de L’ARS est as­su­rée par Mo­nique Ca­va­lier, l’an­cienne di­rec­trice gé­né­rale de L’ARS Mi­di-py­ré­nées. Des té­moi­gnages in­ternes à l’agence ap­puient ce point de vue : « La perte d’in­fluence de l’ex-lr est réelle car Mo­nique Ca­va­lier est ve­nue avec toute son équipe de di­rec­tion, avec ses pra­tiques et sa ma­nière de voir ». Une ques­tion d’angle de vue : « Du cô­té de Tou­louse, il se dit la même chose, com­plète un agent de L’ARS. Les ac­teurs tou­lou­sains pointent du doigt que la di­rec­tion gé­né­rale est au­jourd’hui à Mont­pel­lier et que seuls comptent dé­sor­mais les Mont­pel­lié­rains… ». Ma­rie Cor­bel

Les pro­fes­sion­nels de la san­té de l’ex-lan­gue­docRous­sillon ont vé­cu comme une vic­toire le choix de l’état d’im­plan­ter le siège de L’ARS Oc­ci­ta­nie à Mont­pel­lier. Mais ce n’était qu’une pre­mière manche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.