YVELIN Spé­cia­liste en éta­blis­se­ments de san­té et pro­tec­tion so­ciale

La Tribune Languedoc-Roussillon - - Publi-reportage -

Pour­riez vous nous pré­sen­ter la so­cié­té Yvelin et son dé­par­te­ment As­su­rances Col­lec­tives ?

La so­cié­té Yvelin a été créée en 1989 sous l’im­pul­sion de Marc Yvelin, pro­fes­sion­nel re­con­nu dans l’as­su­rance des Éta­blis­se­ments de san­té de­puis 1980. Forte de ses 25 an­nées d’ex­pé­rience, Yvelin est re­con­nue comme cour­tier ges­tion­naire spé­cia­liste de son sec­teur, et ca­pable d’ap­por­ter des so­lu­tions d’as­su­rance pé­rennes sur tous les risques, no­tam­ment en As­su­rances col­lec­tives. Le dé­par­te­ment As­su­rances col­lec­tives et pro­tec­tion so­ciale a été initié en 2010, et en tant que par­tie in­té­grante du dé­par­te­ment As­su­rance de per­sonnes, rayonne au ni­veau na­tio­nal.

Quels sont les do­maines d’in­ter­ven­tion du dé­par­te­ment As­su­rances col­lec­tives ?

Nous in­ter­ve­nons aus­si bien au ni­veau des en­tre­prises de toute taille qu’au ni­veau des di­ri­geants, man­da­taires so­ciaux et tra­vailleurs non sa­la­riés. Les risques prin­ci­paux sont : la com­plé­men­taire san­té, la pré­voyance, la re­traite sup­plé­men­taire, l’épargne sa­la­riale, l’ex­pa­tria­tion, la ga­ran­tie chô­mage du di­ri­geant. Le dé­par­te­ment As­su­rances col­lec­tives offre donc aux clients une large gamme de so­lu­tions spé­ci­fiques en pro­tec­tion so­ciale.

Qui sont vos par­te­naires ?

Ce sont :

Les as­su­reurs : nous tra­vaillons avec une ving­taine d’as­su­reurs na­tio­naux ré­fé­rents en pro­tec­tion so­ciale.

Les ges­tion­naires dé­lé­ga­taires : ils per­mettent à nos clients d’op­ti­mi­ser la qua­li­té de ges­tion et le pi­lo­tage de leurs contrats.

Les avo­cats en droit so­cial : nous sol­li­ci­tons leur ex­per­tise pour le compte de nos clients, no­tam­ment la va­li­da­tion des actes ju­ri­diques de mise en place (DUE – ac­cord d’en­tre­prise et Ré­fé­ren­dum).

Les ex­perts comp­tables et com­mis­saires aux comptes : ils nous sol­li­citent pour des au­dits de pro­tec­tion so­ciale pour le compte de leurs clients.

Les pres­ta­taires ex­té­rieurs : ils ap­portent des so­lu­tions com­plé­men­taires, no­tam­ment sur les risques psy­cho­so­ciaux et la maî­trise de l’ab­sen­téisme.

Quelle est votre ap­proche au­près des clients et pros­pects ?

Notre ap­proche est fon­dée sur quatre grands prin­cipes :

Au­dit : ana­lyse des ré­gimes mis en place et for­ma­lisme ju­ri­dique.

Cour­tage : dé­fi­ni­tion du ca­hier des charges, mise en concur­rence des as­su­reurs et syn­thèse des meilleures offres.

Ac­com­pa­gne­ment : mise en place des contrats et des actes ju­ri­diques, veille…

Pi­lo­tage : re­por­ting, pré­co­ni­sa­tions, réunions ré­gu­lières avec les par­te­naires so­ciaux, sui­vi per­son­na­li­sé.

Pour­quoi tra­vailler avec vous ?

Nous avons fré­quem­ment consta­té, au sein de cer­taines en­tre­prises :

Une ab­sence d’actes ju­ri­diques ou des actes ju­ri­diques mal ré­di­gés fai­sant prendre un risque URS­SAF à l’en­tre­prise.

Des contrats non conformes à la lé­gis­la­tion en vi­gueur et/ou pas adap­tés à la con­som­ma­tion mé­di­cale réelle des sa­la­riés.

Un dé­fi­cit de com­mu­ni­ca­tion sur les avan­tages d’une bonne pro­tec­tion so­ciale au sein d’une en­tre­prise, ou­til de fi­dé­li­sa­tion et d’un re­cru­te­ment de qua­li­té.

Une ab­sence de sui­vi et d’in­ter­lo­cu­teur com­mer­cial dé­dié. Nous ac­com­pa­gnons le(la) DRH dans tout ce tra­vail de re­cherche et de syn­thèse lors d’une re­né­go­cia­tion d’un contrat col­lec­tif et le fait de s’en­tou­rer d’un cour­tier ex­pert en pro­tec­tion so­ciale est un gage de sé­cu­ri­té pour l’en­tre­prise.

Yvelin SAS, cour­tier spé­cia­liste du sec­teur de la san­té, a dé­ve­lop­pé des ser­vices connexes à son ac­ti­vi­té prin­ci­pale (re­cours contre tiers, ges­tion du tiers-payant) et s’ouvre vers de nou­veaux mar­chés de­puis plu­sieurs an­nées, en par­ti­cu­lier l’as­su­rance col­lec­tive (pré­voyance, frais de san­té, re­traite), mais aus­si les col­lec­ti­vi­tés lo­cales. Le point avec Chris­tophe Tour­nier, res­pon­sable du pôle As­su­rances col­lec­tives.

Quels sont, se­lon vous, les avan­tages d’une bonne pro­tec­tion so­ciale au sein d’une en­tre­prise ?

Les avan­tages d’une bonne pro­tec­tion so­ciale sont aus­si im­por­tants pour l’en­tre­prise que pour les sa­la­riés.

POUR L’EN­TRE­PRISE :

Des cotisations dé­duc­tibles fis­ca­le­ment et adap­tées à l’ac­ti­vi­té.

Un ou­til de ges­tion so­ciale : mo­ti­va­tion et fi­dé­li­sa­tion des sa­la­riés, re­cru­te­ment de qua­li­té face à un en­vi­ron­ne­ment concur­ren­tiel.

La ré­ponse à ses obli­ga­tions lé­gales en­vers ses sa­la­riés en ma­tière de frais de san­té et de pré­voyance.

La mise en place d’un acte éco­no­mi­que­ment res­pon­sable dans le cadre d’une po­li­tique so­ciale re­con­nue.

POUR LES SA­LA­RIÉS : Des ta­rifs avantageux par rap­port à un contrat in­di­vi­duel grâce à une meilleure mu­tua­li­sa­tion du risque. La pos­si­bi­li­té de bé­né­fi­cier d’une cou- ver­ture san­té obli­ga­toire et d’un large choix d’op­tions fa­cul­ta­tives ain­si que pour leurs ayants droit.

Une maî­trise des dé­penses grâce à de nom­breux ser­vices : ré­seaux de pro­fes­sion­nels de san­té, ta­rifs né­go­ciés, ac­tion so­ciale, as­sis­tance, actes de pré­ven­tion.

La par­ti­ci­pa­tion à la charge du sa­la­rié dé­duc­tible du sa­laire net im­po­sable dans les li­mites fixées par le lé­gis­la­teur (ar­ticle 83 du CGI).

Quel est votre sen­ti­ment sur le mar­ché de la pro­tec­tion so­ciale et com­ment voyez-vous l’ave­nir ?

Le mar­ché de la pro­tec­tion so­ciale, et no­tam­ment ce­lui de la com­plé­men­taire san­té, est très concur­ren­tiel et l’ac­cord Na­tio­nal In­ter­pro­fes­sion­nel a per­mis un af­flux de nou­veaux contrats pour les as­su­reurs. La pré­voyance, la re­traite sup­plé­men­taire et l’épargne sa­la­riale sont éga­le­ment des axes de dé­ve­lop­pe­ment. L’ave­nir c’est par exemple :

Un ac­cès ren­for­cé à la pré­ven­tion, à l’as­sis­tance et à l’ac­tion so­ciale.

La lutte contre les risques psy­cho­so­ciaux, la maî­trise de l’ab­sen­téisme, la pré­ven­tion et la prise en charge du burn-out.

Le ren­for­ce­ment des actes de té­lé­mé­de­cine dé­fi­nis par le dé­cret du 19 oc­tobre 2010, à sa­voir la té­lé­con­sul­ta­tion (pour lut­ter contre les dé­serts mé­di­caux), la té­lé-ex­per­tise, la té­lé­sur­veillance mé­di­cale, la té­léas­sis­tance mé­di­cale et la ré­ponse mé­di­cale ap­por­tée par le té­lé con­seil per­son­na­li­sé.

La mise en place des chan­tiers prio­ri­taires du nou­veau Pré­sident de la Ré­pu­blique et ses im­pacts en ma­tière d’évo­lu­tion du sys­tème de san­té, du coût et des évo­lu­tions lé­gis­la­tives.

En­fin, chez Yvelin, nous sommes très sen­sibles à la qua­li­té du sui­vi de nos clients de­puis dé­jà de nom­breuses an­nées. La dif­fé­rence pour l’ave­nir se fe­ra es­sen­tiel­le­ment sur la qua­li­té des so­lu­tions pro­po­sées, sur les conseils per­son­na­li­sés et sur l’ac­com­pa­gne­ment ju­ri­dique et fis­cal.

Chris­tophe Tour­nier

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.