FRANCE TOM­BALE MISE SUR LE FUNERAIRE 2.0

La Tribune Toulouse (Edition Quotidienne) - - LA STARTUP - ISRAA LIZATI

Conce­voir un mo­nu­ment fu­né­raire grâce à un si­mu­la­teur 3D et le com­man­der sur in­ter­net sans sor­tir de chez soi ? C’est l’offre de France Tom­bale. Spé­cia­li­sée dans la mar­bre­rie fu­né­raire en ligne, cette strar­tup tou­lou­saine pro­pose ses ser­vices, via son site, sur l’en­semble du ter­ri­toire fran­çais.

L'aven­ture France Tom­bale a dé­bu­té avec une ren­contre, celle de Je­re­my Dols et Laurent Pra­diès. "Laurent tra­vaille de­puis une ving­taine d'an­nées dans le sec­teur du fu­né­raire. Et étant moi même en­tre­pre­neur de­puis 13 ans, j'ai dé­ci­dé de me lan­cer sur ce mar­ché qui m'était in­con­nu. Mon as­so­cié avait pour pro­jet de créer une offre en ligne no­va­trice dans ce do­maine mais il n'avait pas toutes les com­pé­tences pour fi­na­li­ser le concept. En­semble et en com­plé­men­ta­ri­té l'un de l'autre, nous avons donc dé­ci­dé de ce pro­jet. J'ap­porte mes connais­sances en mar­ke­ting et en re­la­tion com­mer­ciale et Laurent amène son ex­per­tise du fu­né­raire", ra­conte Jé­ré­my Dols, co-fon­da­teur de France Tom­bale.

Jé­ré­my Dols et Laurent Pra­diès les deux co-fon­da­teurs de la star­tup France Tom­bale (Cré­dits : France Tom­bale).

De cette ren­contre est donc née, en sep­tembre 2017, la stra­tup France Tom­bale. De­puis son siège so­cial ba­sé à Tou­louse, elle pro­pose aux fa­milles des conseils et de l'ac­com­pa­gne­ment dans le choix de leur mo­nu­ment fu­né­raire. Et ce, sur la to­ta­li­té du ter­ri­toire fran­çais comme son nom l'in­dique.

"DE LA MO­DER­NI­TÉ ET DE LA TRANS­PA­RENCE"

L'ob­jec­tif de la stra­tup est d'of­frir l'op­por­tu­ni­té aux vi­vants de créer leur propre mo­nu­ment fu­né­raire ou de po­po­ser aux fa­milles en deuil, une large gamme de pierres tom­bales ou autres urnes au prix juste. "Après une étude du sec­teur, nous avons re­le­vé un manque de mo­der­ni­té et de trans­pa­rence des prix", ex­plique Jé­ré­my Dolls. "Lors­qu'un client ef­fec­tue une com­mande sur notre site, il est tou­jours dans la maî­trise de son bud­get", ajoute-t-il. En ef­fet, du­rant toute la concep­tion vir­tuelle d'un mo­nu­ment, le prix est af­fi­ché sur le site et va­rie se­lon les options et les pro­duits choi­sis.

À l'aide d'un mo­dule 3D, dis­po­nible sur le site in­ter­net, le client a la pos­si­bi­li­té de créer et de vi­sua­li­ser une mul­ti­tude de mo­nu­ments fu­né­raires. Des plus clas­siques aux plus per­son­na­li­sés. "Ce­la per­met de réa­li­ser, sim­ple­ment, au­tant de si­mu­la­tions de mo­nu­ments que l'on sou­haite, sans au­cune pres­sion com­mer­ciale", in­forme le co-fon­da­teur.

Cha­cun peut donc per­son­na­li­ser, de­puis chez lui, son mo­nu­ment fu­né­raire en 5 étapes : le choix du ma­té­riau, le choix du mo­tif, le choix du style de gra­vure/de la ty­po­gra­phie, la men­tion des co­or­don­nées afin de re­ce­voir un de­vis gra­tuit et en­fin la mise en re­la­tion avec un conseiller qui éva­lue la fai­sa­bi­li­té du pro­jet et le va­lide. "Le conseiller, spé­cia­liste du do­maine, reste en contact per­ma­nent avec la fa­mille, pour suivre le bon dé­rou­le­ment de la fa­bri­ca­tion et de la pose », as­sure l'en­tre­pre­neur. Une fois la pose du mo­nu­ment ef­fec­tuée, un re­por­tage pho­to est en­voyé au client.

DES PRIX DÉ­FIANT TOUTE CONCUR­RENCE

Le prix de dé­part de ces construc­tions fu­né­raires est de 590 eu­ros. "Nous af­fi­chons des ta­rifs au mi­ni­mum 20% in­fé­rieurs à ceux de la concur­rence", as­sure Jé­ré­my Dols.

Pour per­mettre un tel ra­bais, la star­tup éli­mine le plus d'in­ter­mé­diaires pos­sible et fait ap­pel à des fa­bri­cants lo­caux. La ma­jo­ri­té du gra­nit uti­li­sé pour les pierres tom­bales, pro­vient du Si­dobre (le plus grand bas­sin gra­ni­tique de France) dans le Tarn.

Et cette stra­té­gie semble fonc­tion­ner, puisque de­puis son lan­ce­ment en sep­tembre 2017, France Tom­bale a ven­du près de 90 mo­nu­ments .

"Le concept de vente à dis­tance, via in­ter­net, est va­li­dé. Nous avons presque du mal à ré­pondre à toute les de­mandes. Nous avons par ailleurs dé­ci­dé de gros­sir notre ef­fec­tif avec des em­bauches de conseillers. Nous sommes ac­tuel­le­ment 5 mais en­vi­sa­geons d'être 9 per­sonnes d'ici la fin de l'an­née, afin de mieux ré­pondre à cette de­mande gros­sis­sante", se ré­jouit Jé­ré­my Dols.

UN CHIFFRE D'AF­FAIRES DE 600 000 EU­ROS POUR L'AN­NÉE 2018

Et la star­tup compte bien pro­fi­ter de ce suc­cès nais­sant pour étendre son ac­ti­vi­té et aug­men­ter son chiffre d'af­faires. Pour leur pre­mière an­née sur le mar­ché du fu­né­raire en ligne, les deux pa­trons en­vi­sagent un chiffre d'af­faires de 600 000 eu­ros. "Pour l'ins­tant nous sommes sur une très bonne voie pour at­teindre cet ob­jec­tif" s'en­thou­siasme Jé­ré­my Dols. En ef­fet, la star­tup a gé­né­ré de bons chiffres de­puis dé­but 2018 avec 25 000 eu­ros pour le mois de jan­vier, 35 000 eu­ros en fé­vrier et 70 000 eu­ros au mois de mars.

"Notre am­bi­tion est de de­ve­nir un ac­teur im­por­tant de la mar­bre­rie fu­né­raire en France en pro­po­sant des mo­nu­ments à la fois tra­di­tion­nels et mo­dernes", dé­clare l'en­tre­pre­neur tou­lou­sain.

Et de la mo­der­ni­té dans ce sec­teur France Tom­bale en ap­porte. De­puis quelques se­maines elle a ajou­té à sa large gamme Mo­nu­kea : un mo­nu­ment fu­né­raire en kit à mon­ter et po­ser soi-même. Cette offre, unique sur le mar­ché, per­met aux clients de faire des éco­no­mies sur ces ser­vices. Et pour fa­ci­li­ter au maxi­mum le pro­cé­dé, les ou­tils et les ins­truc­tions né­ces­saires sont four­nis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.