VOLKS­WA­GEN DEBARQUE MATHIAS MUL­LER, UN PDG DE TRAN­SI­TION QUI FE­RA DATE

La Tribune Toulouse (Edition Quotidienne) - - L'ENTREPRISE - NA­BIL BOURASSI

Le groupe Volks­wa­gen a an­non­cé le dé­part de Mat­thias Mül­ler, moins de trois ans seule­ment après sa prise de fonc­tion, lors du scan­dale des die­sels tru­qués. Dès le dé­part, il au­ra été nom­mé comme un Pdg de tran­si­tion, mais son bi­lan va bien au-de­là puis­qu'il a re­fon­dé la stra­té­gie du groupe Volks­wa­gen sur bien des as­pects de long terme...

C'est une éti­quette qui ne l'a ja­mais quit­té de­puis sa no­mi­na­tion à la tête du groupe Volks­wa­gen en sep­tembre 2015. Pa­ra­chu­té dans le fra­cas du scan­dale des die­sels tru­qués, Mat­thias Mül­ler a tou­jours fait of­fice aux yeux des ob­ser­va­teurs et des cadres du groupe, que comme un Pdg de tran­si­tion. Le groupe de­vait dé­bar­quer Mar­tin Win­ter­korn en toute ur­gence, et est al­lé cher­cher le pa­tron de Porsche, ce­lui-là même que Fer­di­nand Piëch, an­cien gou­rou du groupe, vou­lait nom­mer six mois au­pa­ra­vant, avant de som­brer lui-même dans un in­croyable rè­gle­ment de compte fa­mi­lial...

UNE TÂCHE VERTIGINEUSE

Le conseil d'ad­mi­nis­tra­tion a confié à Mat­thias Mül­ler la lourde tâche de gé­rer la crise des die­sels tru­qués, ras­su­rer les pou­voirs pu­blics et les ac­tion­naires, tout en as­su­rant la conti­nui­té du dé­ploie­ment stra­té­gique. Avec une amende dé­jà es­ti­mée à plus de 17 mil­liards de dol­lars à l'époque, une ac­tion qui avait dé­jà per­du plus d'un tiers de sa va­leur, des troupes trau­ma­ti­sées, des pro­cès sur tous les fronts, des pou­voirs pu­blics à ras­su­rer, une opi­nion pu­blique hor­ri­fiée, des grands comptes pa­ni­qués... Ra­re­ment, la tâche d'un Pdg n'a été aus­si vertigineuse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.