L'ETAT VA RE­PRENDRE A SON COMPTE UNE PAR­TIE DE LA LOURDE DETTE DE LA SNCF

La Tribune Toulouse (Edition Quotidienne) - - ECONOMIE -

Em­ma­nuel Ma­cron s'est en­ga­gé ex­pli­ci­te­ment à ce que l'Etat re­prenne une par­tie de la lourde dette de la SNCF dès 2020. A cet ho­ri­zon-là, la dette de­vrait dé­pas­ser les 50 mil­liards d'eu­ros.

L'exé­cu­tif s'est en­ga­gé ex­pli­ci­te­ment jeu­di à re­prendre une par­tie de la lourde dette de SNCF Ré­seau (le ges­tion­naire d'in­fra­struc­tures), a prio­ri dès 2020, date an­non­cée pour la nais­sance de la fu­ture ver­sion de la SNCF. A cet ho­ri­zon-là, la dette, au­jourd'hui de 46,6 mil­liards d'eu­ros de­vrait avoir dé­pas­sé la barre des 50 mil­liards. Si rien n'est fait, elle de­vrait at­teindre 62 mil­liards en 2026.

La dette "se­ra pour par­tie pro­gres­si­ve­ment re­prise à me­sure que ces ré­formes se font", a dé­cla­ré le pré­sident Em­ma­nuel Ma­cron sur TF1.

"Il fau­dra re­gar­der les mo­da­li­tés tech­niques, mais à par­tir du mo­ment où (la SNCF) de­vien­dra une so­cié­té telle que je l'ai dé­fi­nie à ca­pi­taux pu­blics, elle ne (pour­ra) pas por­ter 50 mil­liards de dettes, donc l'Etat va dès le dé­but en re­prendre une par­tie", a-t-il pré­ci­sé.

RE­PRISE DE LA DETTE CONTRE RÉ­FORME DE LA SNCF

Le gou­ver­ne­ment était jus­qu'à pré­sent res­té as­sez vague, ex­pli­quant à plu­sieurs re­prises qu'il pren­drait "sa part de res­pon­sa­bi­li­té avant la fin du quin­quen­nat pour as­su­rer la via­bi­li­té éco­no­mique du sys­tème fer­ro­viaire".

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.