DEPENDANCE A L'AL­COOL: LA MOLECULE MI­RACLE N'EXISTE PAS EN­CORE

La Tribune - - ENTREPRISES - JEAN-YVES PAILLE

Si plu­sieurs mo­lé­cules par­viennent à ré­duire la dé­pen­dance à l'al­cool, au­cune n'ob­tient de ré­sul­tats si­gni­fi­ca­tifs pour mettre to­ta­le­ment fin à l'ad­dic­tion chez tous les types de pa­tients. La mé­de­cine per­son­na­li­sée pour­rait être une so­lu­tion pour y par­ve­nir. Après les an­nonces mul­tiples et les titres dans la presse évo­quant des mo­lé­cules mi­racles ca­pables de gué­rir l'al­coo­lisme, l'heure est à la prise de re­cul. Des avan­cées et des ef­fets en­cou­ra­geant ont été consta­tés lors des es­sais cli­niques pour plu­sieurs mo­lé­cules, ré­dui­sant la dé­pen­dance à l'al­cool. Mais au­cune d'entre elle n'a en­core at­teint de fa­çon si­gni­fi­ca­tive le but re­cher­ché : mettre fin à l'ad­dic­tion de n'im­porte quelle type de per­sonne dé­pen­dante. Ven­dre­di 17 mars, lors des jour­nées de la So­cié­té fran­çaise d'alcoologie, plu­sieurs ré­sul­tats mon­trant les per­for­mances cli­niques de mo­lé­cules ont été pré­sen­tés. L'étude cli­nique sur l'oxy­bate de so­dium (le mé­di­ca­ment Al­co­ver de D&A Phar­ma s'ap­puie sur cette mo­lé­cule) évoque "64,3% des pa­tients avec une abs­ti­nence conti­nue ou une consom­ma­tion contrô­lée (<40g/jour) pour l'oxy­bate de so­dium, contre 25,3% pour le pla­ce­bo". Et pour l'abs­ti­nence conti­nue seule, l'oxy­bate at­teint 28,6% d'ef­fi­ca­ci­té contre 10,6% pour le pla­ce­bo. L'étude ba­clo­ville, avec uti­li­sa­tion du ba­clo­fène à forte dose, fait va­loir une abs­ti­nence ou une ré­duc­tion de la consom­ma­tion à un "ni­veau mé­di­ca­le­ment cor­rect" chez 56,8% des pa­tients trai­tés, contre 36,5% pour le pla­ce­bo. Le suc­cès "était dé­fi­ni par une abs­ti­nence ou une consom­ma­tion mé­di­ca­le­ment cor­recte au 12ème mois de trai­te­ment".

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.