DES MI­LI­TANTS DE GE­TRAG MOBILISES POUR FORD A BOR­DEAUX

La Tribune - - TERRITOIRES - JEAN-PHI­LIPPE DEJEAN

Des mi­li­tants CGT de Ge­trag Ford Trans­mis­sions (GFT), à Blan­que­fort (Gi­ronde), ont -et ce n'est pas très cou­rant- sou­te­nu ce lun­di la mo­bi­li­sa­tion d’ou­vriers de Ford Aqui­taine In­dus­tries à l’occasion de la te­nue du co­mi­té de sui­vi. Le co­mi­té de sui­vi consa­cré à Ford Aqui­taine In­dus­tries (FAI), à Blan­que­fort, spé­cia­li­sé dans la fa­bri­ca­tion de boîtes de vi­tesses au­to­ma­tiques, qui se te­nait ce lun­di 20 mars au siège de la pré­fec­ture de la Gi­ronde, quar­tier Mé­ria­deck, a été l'occasion d'un ap­pel à la grève lan­cé par l'in­ter­syn­di­cale ou­vrière de l'usine : CFTC, CGT et FO. Pen­dant que les re­pré­sen­tants de Ford Eu­rope, des syn­di­cats de FAI, les élus qui suivent le dos­sier et les ser­vices de l'Etat étaient en co­mi­té pour étu­dier le fu­tur de Ford Aqui­taine In­dus­tries, des mi­li­tants syn­di­caux se sont re­trou­vés à l'en­trée de la rue du Corps franc Pom­miès, où se trouve la pré­fec­ture, qui était fer­mée aux deux ex­tré­mi­tés par des cor­dons de gardes mo­biles. Fait no­table des mi­li­tants du syn­di­cat CGT de Ge­trag Ford Trans­mis­sions (GFT) étaient pré­sents. Cette usine dis­tante de quelques cen­taines de mètres de FAI forme avec cette der­nière une sorte de bi­nôme in­dus­triel, qui semble dé­sor­mais re­mis en ques­tion. Les syn­di­ca­listes es­timent que de­puis le ra­chat de l'équi­pe­men­tier al­le­mand Ge­trag (leur mai­son mère) par le groupe ca­na­dien Ma­gna, en jan­vier 2016, les condi­tions de tra­vail à GFT ne se sont pas vrai­ment amé­lio­rées.

175 EM­BAUCHES EN DEUX ANS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.