ABAN­DON­NER L'EURO : QUAND LES FETARDS AU­RONT DESSAOULE ...

La Tribune - - OPINIONS - PIERRE GRUSON

Sor­tir de l’euro ? Cer­tains en rêvent. Ana­lyse des consé­quences sur la vie quo­ti­dienne et le rem­bour­se­ment de notre dette. Par Pierre Gruson, Kedge Bu­si­ness School La pers­pec­tive d'un aban­don de l'euro de­vient une pers­pec­tive de moins en moins ico­no­claste à me­sure que le ré­sul­tat des élec­tions pré­si­den­tielles pro­gresse dans l'in­con­nu. Quel que soit notre sen­ti­ment de ci­toyen vis-à-vis de la mon­naie eu­ro­péenne, il y a des réa­li­tés qu'on ne peut igno­rer, sauf dans des dis­cours trom­peurs ou des pro­cès en sor­cel­le­rie. En ef­fet, si les avan­tages hy­po­thé­tiques d'un aban­don de la mon­naie eu­ro­péenne sont loin d'être avé­rés, les in­con­vé­nients et les coûts fi­nan­ciers sont en re­vanche, bien pré­vi­sibles. Re­gar­dons quelques consé­quences, et rap­pro­chons-les d'ex­pé­riences vé­cues dans de telles cir­cons­tances

VIE QUO­TI­DIENNE : UNE DOUBLE MON­NAIE EN FRANCE ?

Bien des pays eu­ro­péens qui n'ont pas adop­té l'euro voient les deux mon­naies cir­cu­ler quotidiennement (Eu­rope cen­trale, Bal­kans, Chypre...). On achète le pain en mon­naie lo­cale, on mène les tran­sac­tions plus im­por­tantes en euro. Où est la sou­ve­rai­ne­té ? Le risque de fuite vers l'euro se­ra hé­mor­ra­gique et in­sup­por­table dès les pre­mières ru­meurs de dé­va­lua­tion. Je re­çois mon sa­laire en francs, je le conver­tis en euro pour dé­fendre mon pou­voir d'achat, et me pro­té­ger des crises. Pa­reil pour mon épargne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.