QAN­TAS OU LE CASSE-TETE POUR AIR­BUS ET BOEING DES VOLS DE PLUS DE 20 HEURES

La Tribune - - L'ANALYSE - FA­BRICE GLISZCZYNSKI

La com­pa­gnie aus­tra­lienne de­mande à Air­bus et Boeing des avions ca­pables d'ef­fec­tuer des vols de plus de 20 heures. Une telle du­rée de vol consti­tue un dé­fi non seule­ment pour les avion­neurs, mais aus­si pour les com­pa­gnies aé­riennes et évi­dem­ment les pas­sa­gers. Des avions ca­pables faire des vols de plus de 20 heures et re­lier sans es­cale et à pleine charge la côte est aus­tra­lienne à l'Eu­rope, no­tam­ment Syd­ney à Londres : Qan­tas en rêve de­puis des an­nées. De tels vols lui per­met­traient de ga­gner plus de 4 heures par rap­port à un iti­né­raire tran­si­tant au­jourd'hui par Du­baï en par­te­na­riat avec Emi­rates. Faute d'avions dis­po­sant d'une au­to­no­mie en car­bu­rant suf­fi­sante, les pas­sa­gers entre l'Eu­rope et la cote aus­tra­lienne (Syd­ney, Mel­bourne, Bris­bane) sont, de­puis des dé­cen­nies, obli­gés de faire es­cale en che­min, dans le Golfe du per­sique (Du­bai, Do­ha, Abou Dha­bi), en Asie du sud-est (Sin­ga­pour, Bang­kok), voire à Hong­kong.

QAN­TAS VEUT DES AVIONS "HY­PER RANGE" EN 2022

La di­rec­tion de Qan­tas, qui en­tend éga­le­ment as­su­rer des vols non-stop entre la côte est aus­tra­lienne et la côte est amé­ri­caine d'une part (New York a été ci­tée) et l'Amé­rique la­tine d'autre part (Rio de Ja­nei­ro), a donc de­man­dé à Air­bus et Boeing de mettre au point de tels avions d'ici à 2022.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.