KE­NYA/ELEC­TIONS : LA COUR SUPREME RE­DONNE DE L'ES­POIR A ODIN­GA

La Tribune - - INTERNATIONAL - AMINE ATER

Le spectre de l’in­sta­bi­li­té po­li­tique me­nace tou­jours le Ke­nya, dont la Cour sur­pême vient d’ac­cor­der l’ac­cès aux ser­veurs de la com­mis­sion élec­to­rale aux en­quê­teurs de l’op­po­si­tion. Cette même cour de­vra sta­tuer ven­dre­di pro­chain sur une de­mande d’an­nu­la­tion des ré­sul­tats de l’élec­tion du 8 août, dé­po­sée par l’ir­ré­duc­tible Rai­la Odin­ga. Coup de théâtre au Ke­nya, après que la Cour su­prême ait or­don­née à la com­mis­sion élec­to­rale d'ac­cor­der à l'op­po­si­tion l'ac­cès à ses ser­veurs in­for­ma­tiques et aux for­mu­laires de ré­sul­tats. Un ju­ge­ment qui vient après un pre­mier re­fus de la Com­mis­sion aux de­mandes d'in­for­ma­tion du par­ti de l'op­po­si­tion Orange De­mo­cra­tic Mo­ve­ment (ODM) di­ri­gé par Rai­la Odin­ga.

L'OP­PO­SI­TION DÉ­CROCHE L'AC­CÈS AUX SER­VEURS

La pres­sion de l'ODM sur la com­mis­sion élec­to­rale vise à prou­ver ses ac­cu­sa­tions de fraudes opé­rées lors du scru­tin pré­si­den­tiel par les par­ti­sans d'Uhu­ru Ke­nyat­ta. Les avo­cats de la com­mis­sion in­dé­pen­dante se sont vu ain­si si­gni­fier par le juge en chef de la plus haute ju­ri­dic­tion du pays, l'ordre de « se confor­mer aux dé­lais pré­vus par le tri­bu­nal ». La dé­fense de la Com­mis­sion a pour sa part dé­cla­ré au tri­bu­nal que la confor­mi­té aux ordres des ma­gis­trats était en­tra­vé par des ques­tions de lo­gis­tique et de fuseaux ho­raires vu que les ser­veurs en ques­tions se trouvent en Eu­rope.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.