LES RE­TRAITES "MALTRAITES" DANS LA RUE POUR DENONCER LA HAUSSE DE LA CSG

La Tribune - - FRANCE - LATRIBUNE.FR

A l'ap­pel de neuf or­ga­ni­sa­tions et as­so­cia­tions de re­trai­tés, les cor­tèges en pro­vince ont ras­sem­blé "trois fois plus de monde" que lors des pré­cé­dentes mo­bi­li­sa­tions an­nuelles des re­trai­tés, se­lon Gé­rard Gour­gue­chon (So­li­daires). En­vi­ron 2.000 per­sonnes ont ma­ni­fes­té à Bor­deaux, 1.200 à Lille, 900 à Caen, 850 à Tou­louse et 700 à Brest, se­lon les chiffres de la po­lice ré­col­tés par l'AFP, ou en­core 1.000 à Rouen (chiffre or­ga­ni­sa­teur). Ils étaient éga­le­ment quelques cen­taines à Rennes, Reims, Stras­bourg et Be­san­çon. A Pa­ris, plu­sieurs mil­liers de per­sonnes dé­fi­laient dans l'après-mi­di au dé­part de l'opé­ra Gar­nier, a consta­té une jour­na­liste de l'AFP, 10.000 se­lon les or­ga­ni­sa­teurs. "Les jeunes dans la ga­lère, les vieux dans la mi­sère, on n'en veut pas de cette so­cié­té là", scan­daient des ma­ni­fes­tants.

"ON N'EST PAS DES NAN­TIS"

Quelques mil­liers de re­trai­tés s'es­ti­mant "mal­trai­tés" ont ma­ni­fes­té jeu­di à Pa­ris et dans plu­sieurs villes pour pro­tes­ter contre la hausse de la CSG qui s'apli­que­ra en 2018 à une ma­jo­ri­té d'entre eux. Des ban­de­roles por­taient les men­tions de "vo­leurs" ou "CSG, re­traite, Ma­cron = ra­cket". "Re­trai­tés mal­trai­tés", pou­vait-on lire aus­si sur des pan­cartes. In­ter­ro­gé à Bor­deaux, An­dré La­fon, re­trai­té (CGT) de La Poste, a fait ses cal­culs: la hausse en 2018 de la CSG (contri­bu­tion so­ciale gé­né­ra­li­sée) va re­pré­sen­ter pour lui qui touche 1.200 eu­ros par mois "25 eu­ros de pré­lè­ve­ment sup­plé­men­taire, soit 300 eu­ros par an, ce qui n'est pas rien".

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.