FA­CE­BOOK, TWIT­TER ET GOOGLE CONVOQUES DE­VANT LE CONGRES AMERICAIN

La Tribune - - NUMERIQUE - GREGOIRE NOR­MAND

Les com­mis­sions par­le­men­taires veulent dé­ter­mi­ner si tous ces ou­tils ont pu être uti­li­sés par le gou­ver­ne­ment russe pour exer­cer une in­fluence sur l'élec­tion pré­si­den­tielle amé­ri­caine de 2016. La pres­sion monte sur les firmes de la Si­li­con Val­ley. Le Sé­nat amé­ri­cain et la Chambre des re­pré­sen­tants ont of­fi­ciel­le­ment de­man­dé aux géants du sec­teur tech­no­lo­gique Google, Fa­ce­book et Twit­ter de té­moi­gner dans le cadre des en­quêtes sur une pos­sible in­fluence russe dans l'élec­tion pré­si­den­tielle de 2016. "Le Con­grès et le peuple amé­ri­cain ont be­soin d'en­tendre ces in­for­ma­tions im­por­tantes di­rec­te­ment de ces en­tre­prises", ont in­di­qué les re­pré­sen­tants Mike Co­na­way et Adam Schiff, membres de la com­mis­sion d'en­quête de la Chambre.

LE RÔLE DES RÉ­SEAUX EN QUES­TION

Des re­pré­sen­tants de ces groupes sont at­ten­dus par la com­mis­sion du Sé­nat sur le ren­sei­gne­ment le 1er no­vembre pro­chain pour une au­di­tion pu­blique, a fait sa­voir l'ins­ti­tu­tion mer­cre­di. La com­mis­sion de la Chambre des re­pré­sen­tants sur le ren­sei­gne­ment, qui en­quête aus­si sur une pos­sible in­fluence russe, a éga­le­ment in­di­qué mer­cre­di avoir ap­pe­lé ces groupes à té­moi­gner. ll s'agit de dé­ter­mi­ner si ces ré­seaux ont pu être uti­li­sés par la Rus­sie pour exer­cer des in­ter­fé­rences sur l'élec­tion pré­si­den­tielle rem­por­tée par Do­nald Trump l'an der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.