UEFA EU­RO 2016 : POUR­QUOI LA FRANCE A MAL JOUE LA PAR­TIE (1/2)

La Tribune - - TERRITOIRES - JEAN-PHI­LIPPE DEJEAN

Dans le rap­port sur l’Eu­ro 2016 qu’elle vient de pu­blier, la Cour des comptes es­time que la France a mal joué le coup et ne fait pas de ca­deaux, ni à l’Etat, char­gé en 2010 de né­go­cier les condi­tions de mise en place de la com­pé­ti­tion, ni au pro­prié­taire de l'Eu­ro, l’UEFA, cham­pion de la clause léo­nine. La Cour des comptes vient de pu­blier un rap­port na­tio­nal in­ti­tu­lé "Les sou­tiens pu­blics à l'Eu­ro 2016 en France", ac­com­pa­gné par dix ca­hiers ré­gio­naux consa­crés aux stades mo­bi­li­sés lors de cette grand'messe du foot­ball eu­ro­péen. Les chambres ré­gio­nales et ter­ri­to­riales de comptes de Bor­deaux, Lens, Lille, Lyon, Mar­seille, Nice, Pa­ris, Saint-De­nis, Saint-Etienne et Tou­louse ont ain­si été mo­bi­li­sées. Concer­nant les mo­da­li­tés d'at­tri­bu­tion de la com­pé­ti­tion la Cour des comptes sou­ligne la fai­blesse des Etats mis en concur­rence par l'UEFA (Union eu­ro­péenne de foot­ball as­so­cia­tion), qui dé­tient tous les pou­voirs sur cette ma­ni­fes­ta­tion spor­tive. "Ils (les Etats - NDLR) ne peuvent in­flé­chir les exi­gences po­sées par les en­ti­tés pro­prié­taires, qui consti­tuent de vé­ri­tables puis­sances in­ter­na­tio­nales sui ge­ne­ris (de sa propre es­pèce : qui ne res­semble à rien d'autre - NDLR). Ces condi­tions se sont ac­crues au fil des édi­tions suc­ces­sives du tour­noi eu­ro­péen : le ca­hier des charges de l'UEFA est pas­sé de 73 pages pour l'Eu­ro 2012 à 203 pour l'Eu­ro 2016" re­lève ain­si la Cour des comptes pour éclai­rer le rap­port de force entre l'UEFA et les Etats can­di­dats. Ce­ci avant d'en­fon­cer le clou sur la qua­li­té des né­go­cia­tions entre les par­ties.

BÉVUE AU MI­NIS­TÈRE DU BUD­GET

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.