NOU­VELLE LEVEE DE FONDS EN VUE POUR NA­NO­LIKE

La Tribune - - TERRITOIRES - JEAN-CHRIS­TOPHE MAGNENET

La star­tup de l'IoT Val­ley es­père le­ver "deux à trois mil­lions d'eu­ros" d'ici la fin de l'an­née pour boos­ter sa pro­duc­tion de na­no­cap­teurs. Elle table sur une pro­duc­tion an­nuelle d'un mil­lion de cap­teurs d'ici trois à cinq ans. C'est une pé­riode char­nière pour Na­no­like. La star­tup spé­cia­li­sée dans la pro­duc­tion de na­no­cap­teurs pré­pare sa troisième le­vée de fonds et s'ap­prête à chan­ger de di­men­sion. "Nous es­pé­rons d'ici à la fin de l'an­née bou­cler un tour de table de deux à trois mil­lions", an­nonce JeanJacques Bois, le CEO de la jeune pousse. De l'ar­gent frais qui pour­rait per­mettre à Na­no­like d'ex­plo­ser dans le sec­teur des ob­jets connec­tés. éNous pro­dui­sons de cap­teurs de dé­for­ma­tion qui uti­lisent de na­no­par­ti­cules, dé­taille le jeune pa­tron. Ces jauges de contraintes per­mettent de me­su­rer des contraintes mé­ca­niques, et sur­tout uti­lisent 10 000 fois moins d'éner­gie qu'un cap­teur clas­sique". Une tech­no­lo­gie is­sue d'un la­bo­ra­toire tou­lou­sain mixte -re­grou­pant l'In­sa, le CNRS et l'uni­ver­si­té Paul Sa­ba­tier- et qui n'a "au­cune concur­rence à l'heure ac­tuelle ", sou­ligne le jeune di­ri­geant.

OPTIMISATION DE LA LOGISITIQUE

Fort de cet atout, Na­no­like a tout d'abord com­mer­cia­li­sé ses na­no­cap­teurs à dif­fé­rents ac­teurs, de l'aé­ro­nau­tique, de l'ar­me­ment ou même à des fa­bri­cants in­dus­triel. Avant de dé­ci­der de "pi­vo­ter" vers l'IoT et le mar­ché de l'In­ter­net des ob­jetS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.