INTEGRATION A L'EN­TRE­PRISE : COM­MENT LES TEN­SIONS PEUVENT POUS­SER AU DEPART

La Tribune - - OPINIONS - SERGE PER­ROT

L’in­té­gra­tion de nou­veaux sa­la­riés dans l’en­tre­prise s’ac­com­pagne de ten­sions. Celles-ci peuvent in­fluer sur les in­ten­tions de dé­part des jeunes di­plô­més. Par Serge Per­rot, Uni­ver­si­té Pa­ris Dau­phine – PSL En­trer dans une nou­velle en­tre­prise est un mo­ment fort. Pour la per­sonne re­cru­tée, c'est un mé­lange d'en­jeux pro­fes­sion­nels et de dé­fis à court terme, liés à l'ap­pren­tis­sage d'un nou­veau rôle et de son contexte. Pour l'en­tre­prise, il s'agit de s'as­su­rer que la greffe prenne vite et bien (sur le plan opé­ra­tion­nel, re­la­tion­nel, etc.). Dans un contexte de re­cherche et d'at­trac­tion des « ta­lents » , même si ce terme et son usage peuvent sus­ci­ter quelques ré­serves, com­prendre ce qui donne en­vie aux nou­velles re­crues de res­ter dans l'en­tre­prise ou de par­tir re­pré­sente un in­té­rêt évident.

QUAND L'IN­TÉ­GRA­TION EST SOURCE DE TEN­SIONS

Cet ar­ticle pro­pose de re­gar­der cette pé­riode par­ti­cu­lière qu'est l'in­té­gra­tion à tra­vers le concept de rôle. Dite sim­ple­ment, l'idée est que s'in­té­grer dans une en­tre­prise, c'est par­ve­nir à y jouer plei­ne­ment son rôle, en ré­pon­dant aux at­tentes de l'en­tre­prise ain­si qu'à ses propres at­tentes, c'es­tà-dire être en ac­cord avec soi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.