COMMENT VROOM­LY VEUT REVOLUTIONNER L'EN­TRE­TIEN AU­TO­MO­BILE

La Tribune - - LE DECRYPTAGE - NABIL BOURASSI

La star­tup fon­dée par Alexis Fre­re­jean a le­vé 2 mil­lions d'eu­ros au­près de Via ID, l'in­cu­ba­teur de Mo­bi­via (No­rau­to, Mi­das). L'en­jeu est de re­fon­der l'ex­pé­rience client dans le sec­teur de l'en­tre­tien au­to­mo­bile. Une ré­vo­lu­tion dans un mar­ché où le manque de confiance est de­ve­nu un frein au bu­si­ness. Vroom­ly de­vra éga­le­ment an­ti­ci­per l'évo­lu­tion très at­ten­due de ce sec­teur à la veille de la ré­vo­lu­tion de la voi­ture élec­trique, pour la plus grande im­pa­tience de son nou­vel ac­tion­naire... « Je n'aime pas le terme de dis­rup­tion », conclut Alexis Fre­re­jean au terme de la pré­sen­ta­tion de l'en­tre­prise qu'il a fon­dée, Vroom­ly. Ce­lui qui pré­fère les an­gli­cismes très concep­tua­li­sés n'a pour­tant rien dé­mon­tré d'autre en dé­bar­quant sur le mar­ché de l'en­tre­tien au­to­mo­bile avec l'idée de to­ta­le­ment re­fon­der la re­la­tion com­mer­ciale entre ga­ra­gistes et par­ti­cu­liers, la fa­meuse ex­pé­rience client. L'aven­ture com­mence par une pe­tite his­toire de tous les jours, dont les star­tup­pers raf­folent. « Je de­vais un jour chan­ger mes pla­quettes de frein, le de­vis du ga­ra­giste s'est éle­vé à 545 eu­ros parce qu'il avait es­ti­mé qu'il fal­lait chan­ger tout le kit de dis­tri­bu­tion. Après vé­ri­fi­ca­tion, il s'est avé­ré que le ga­ra­giste di­sait vrai, mais je n'avais au­cun moyen de le sa­voir. Je me suis alors ren­du compte que la dé­fiance vis-à-vis des ga­ra­gistes ve­nait en grande par­tie de cette asy­mé­trie de l'in­for­ma­tion et d'une per­cep­tion al­té­rée du prix. J'ai alors com­men­cé à ré­flé­chir au moyen de ré­soudre cette asy­mé­trie ».

UNE JEUNE POUSSE, QUI A POUS­SÉ TRÈS VITE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.