MI­CRO-EN­TRE­PRISE : UN RE­VE­NU MOYEN DE 440 EU­ROS PAR MOIS

La Tribune - - ECONOMIE - GREGOIRE NOR­MAND

Pour com­plé­ter leur re­ve­nus, près d'un tiers des mi­cro-en­tre­pre­neurs exercent une ac­ti­vi­té sa­la­riée, ré­vèle l'In­see. Se­lon une étude de l'In­see pu­bliée ce mar­di 13 fé­vrier, la France, en 2015, comp­tait 2,7 mil­lions de per­sonnes exer­çant une ac­ti­vi­té non sa­la­riée (hors sec­teur agri­cole). Sur ce to­tal, 29% sont mi­croen­tre­pre­neurs. Ce qui re­pré­sente en­vi­ron 810.000 per­sonnes. Si l'en­tre­pre­neu­riat en France reste dy­na­mique, comme peuvent l'illus­trer les der­niers chiffres pu­bliés par le ser­vice de sta­tis­tiques, le sta­tut de mi­cro-en­tre­pre­neur peut ra­pi­de­ment pré­sen­ter des li­mites. La forte hausse ob­ser­vée à par­tir de 2009 cor­res­pond à l'en­trée en vi­gueur du ré­gime des au­toen­tre­pre­neurs. Ce sta­tut per­met aux sa­la­riés, chô­meurs, re­trai­tés ou étu­diants de dé­ve­lop­per une ac­ti­vi­té à titre prin­ci­pal ou com­plé­men­taire pour ac­croître leurs re­ve­nus avec des dé­marches sim­pli­fiées et un ré­gime fis­cal avan­ta­geux. De­puis le 19 dé­cembre 2014, "de nou­velles dis­po­si­tions dé­fi­nies par la loi Pi­nel de juin 2014 s'ap­pliquent au ré­gime de l'au­to-en­tre­pre­neur. En par­ti­cu­lier le terme de mi­cro-en­tre­pre­neur se sub­sti­tue à ce­lui d'au­to-en­tre­pre­neur", rap­pelle l'In­see. > Lire aus­si : En­tre­prises : des créa­tions à un ni­veau in­édit de­puis 2010

440 EU­ROS NET, UN RE­VE­NU MOYEN 2,3 FOIS IN­FÉ­RIEUR AU SEUIL DE PAU­VRE­TÉ

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.