L'IN­DUS­TRIE, UN SEC­TEUR D'AVE­NIR

La Tribune - - OPINIONS - BE­NOIT CLO­CHE­RET

En France, l'in­dus­trie ne jouit pas d'une image po­si­tive sur fond de dis­cours dé­cli­niste. Pour­tant, nombre d'exemples ré­cents montrent qu'un tel cli­ché n'est plus de mise d'au­tant que la ré­vo­lu­tion nu­mé­rique est en train de faire émer­ger une "in­dus­trie 4.0" fran­çaise. Par Be­noît Clo­che­ret, di­rec­teur gé­né­ral d'Ar­te­lia. L'in­dus­trie souffre de­puis plu­sieurs an­nées d'une image écor­née sur fond de pol­lu­tions, risques en tous genres, dé­lo­ca­li­sa­tions ou fer­me­tures d'usines. De cette gri­saille, l'opi­nion in­quiète n'a-t-elle pas conclu trop vite, trop sys­té­ma­ti­que­ment que le dé­clin in­dus­triel de la France est ir­ré­mé­diable ? Quand les Al­le­mands de Sie­mens et les Fran­çais d'Alstom conclurent une « fu­sion entre égaux » ou que les Ita­liens de Fin­can­tie­ri firent l'ac­qui­si­tion des Chan­tiers na­vals STX, le dis­cours dé­cli­niste re­prit de plus belle. La France dé­lais­sait une fois en­core ses fleu­rons in­dus­triels d'im­por­tance stra­té­gique. La presse ita­lienne ré­pli­qua. Elle nous re­pro­chait d'ou­blier com­ment les ca­pi­taines d'in­dus­trie fran­çais avec leur puis­sance ont pris pos­ses­sion du sec­teur du luxe ita­lien, l'un des tré­sors de son éco­no­mie. Ou com­ment le groupe Bol­lo­ré ma­noeuvre de­puis des mois pour dé­lo­ger Ber­lus­co­ni de son em­pire de com­mu­ni­ca­tion et té­lé­vi­sion. Au dé­but des an­nées 2010, le dé­bat éco­no­mique por­tait sur le risque d'ef­fon­dre­ment qui guet­tait l'in­dus­trie au­to­mo­bile. Peu­geot, sou­te­naient bien des ex­perts, était au bord du gouffre. Le ra­chat ou même la dis­pa­ri­tion de la marque sem­blait en­vi­sa­geable. Quelques an­nées plus tard, Peu­geot avec le sou­tien de ses as­so­ciés ra­che­tait l'al­le­mand Opel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.